Nous sommes le Mar Octobre 20, 2020 21:38


Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 426 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 15  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Les requins blancs géants (Mégalodon)
MessagePosté: Dim Mars 23, 2003 11:23 
Hors ligne

Inscription: Ven Août 02, 2002 08:47
Messages: 745
Localisation: Suisse
Plus fort que Jaws (Les dents de la mer), le roman de Peter Benchley, porté à l'écran par Steven Spielberg : des requins ressemblant au requin blanc (Carcharodon carcharias), mais de taille nettement supérieure aux 6 à 9 mètres attribués aux plus grands de ces squales, sont signalés dans les divers océans.

Quelques témoignages.
- Le biologiste australien David G. Stead a mentionné plusieurs observations de requins blancs démesurés dans les eaux australiennes :

Citation:
"En mai 1939, au cours de discussions dans la presse de Sydney au sujet de la taille des requins, le capitaine J. S. Elkington du Queensland m'écrivit pour me parler d'une observation qu'il fit en 1894 d'un grand requin au large de Townsville Breakwater. (Je puis mentionner que le capitaine Elkington a passé une partie considérable de sa vie au service de la mer, et a toujours été un observateur avisé de la nature.) Il disait que pendant que la chaloupe de 35 pieds [10,5 m] dans laquelle il était se trouvait à l'arrêt durant une demi-heure, ce requin resta à dix pieds [3 m] de la chaloupe, lui donnant l'ample occasion de l'observer. "Ce n'était pas un requin pèlerin, écrivait-il, mais un vrai de type blanc ou jaunâtre, qui se projetait de quelques pieds au moins au-delà de chaque côté de la chaloupe. Cet observateur connaissait le requin pèlerin et il était sûr que celui qu'il avait vu était le grand requin blanc." (d'après Stead 1963).


- L'ancien as de l'aviation et grand pêcheur (au gros !) devant l'Eternel Pierre Clostermann rapporte dans son livre Des poissons si grands (1969) un incident survenu 15 ans auparavant au large de Timor (donc au nord de l'Australie), et attribué à un gigantesque requin blanc :

Citation:
"[...] en mars 1954, le cotre australien Rachel Cohen passait en cale sèche à Adélaïde pour un carénage. Dix-sept dents de Carcharodon carcharias ayant en moyenne huit centimètres à la base et dix centimètres du collet à la pointe, furent extraites de la quille en bois, juste à l'aplomb de l'arbre d'hélice tordu. Le demi-cercle décrit par l'implantation des dents et des traces avait pratiquement un mètre de rayon !
"Le capitaine Rachel Cohen se souvenait d'un choc nocturne violent lors d'une tempête au large de Timor et avait conclu à une collision avec un des nombreux troncs d'arbre flottant dans cette mer.
"Les ichtyologues australiens ont attribué environ vingt-quatre mètres de long au possesseur d'une telle denture, attiré probablement, comme cela est très fréquent, par les reflets de l'hélice." (d'après Clostermann 1969).


Indices matériels.
L'anatomiste britannique Wladimir Tschernezky a étudié en 1959 des dents de Carcharodon megalodon, le fameux requin préhistorique. Il en a évalué l'âge à une dizaine de milliers d'années seulement.

Analyse cryptozoologique.
Des observations de requins blancs démesurés, de taille très supérieure aux plus grands requins blancs, ont été rapportées spécialement dans les eaux australiennes et sud-africaines. Il pourraient indiquer l'existence d'espèces encore inconnues, et il a même été suggéré la survivance actuelle du requin préhistorique Carcharodon megalodon, connu par des dents fossiles de dimension impressionnante (figure 1).

Hypothèses alternatives.
- Les témoignages pourraient s'expliquer par des observations déficientes de requins pèlerins (Cetorhinus maximus) ou de requins baleines (Rhineodon typus), ces derniers pouvant dépasser 15 m de longueur.

- L'estimation de l'âge des dents par Tschernezky (1959) n'a jamais été confirmée par des datations absolues utilisant les méthodes radioactives, et pourrait donc reposer sur une méconnaissance des phénomènes de minéralisation et de sédimentation abyssale.

Pour en savoir plus.
CLOSTERMANN, Pierre
1969 Des poissons si grands. Paris, Flammarion : 247-249.

ELLIS, Richard, and John E. McCOSKER
1991 Great white shark. Stanford, Stanford University Press : 35-47.

STEAD, David G.
1963 Sharks and rays of Australian seas. Sydney, Angus and Robertson : 45-46.

TSCHERNEZKY, Wladimir
1959 Age of Carcharodon megalodon ? Nature, 184 [n° 4695] : 1331-1332 (October 24).

Source de ce document/Plus d'informations :
http://perso.wanadoo.fr/cryptozoo/2nd_role/megalodon.htm (Consulté le 23.03.03).

_________________
~ Unreal-X ~


Dernière édition par Unreal-X le Mar Mai 06, 2003 17:16, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Mars 23, 2003 14:06 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Mars 17, 2003 19:41
Messages: 1152
Localisation: Au fond des mers...
Il est vrai que la survivance du fameux Mégalodon est à l'étude, depuis pas mal d'années.
Comme on le sait, c'est l'ancêtre du requin blanc actuel... en nettement plus gros. :wink:
Plusieurs dents fossilisées ayant été repêchées datent d'environ 10.000 ans, voire 5.000 ans pour certaines. Ce qui à l'échelle de l'évolution périodique, c'est relativement proche de nous !
Les requins, de part leur physiologie et leur aptitude à la chasse sont une merveille, je trouve. Ils n'ont pas évolué d'un pouce quant à leur comportement. Et ce sont formidablement bien adaptés.
Le mégalodon était à son époque le seigneur incontesté des océans. Et toutes catégories confondues, "Le" prédateur suprême.
Il ne faisait pas bon pour un T-Rex de tremper une patte dans la mer. :lol:
D'après certains scientifiques, et je le pense aussi; si le mégalodon a bel et bien survécu, il vivrait probablement dans les fosses abyssales. Ce qui ne l'empêcherait pas de remonter de temps en temps à la surface des flots.
Et une question se pose, si effectivement il vivrait dans les fosses, comment se nourrirait-il, et de quoi ?
He bien, je pense comme beaucoup que bien que la nourriture soit assez rare à ces profondeurs, surtout pour une telle masse, il existe cependant une créature qui ferait un met de choix. Lorsque je dis ça, je pense bien évidemment au calmar géant et au calmar super-géant.
Mais c'est mon avis !

_________________
Parmi les nouvelles espèces découvertes, la plupart viennent des océans...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Mars 25, 2003 02:27 
Hors ligne

Inscription: Ven Août 02, 2002 08:47
Messages: 745
Localisation: Suisse
Merci pour ces précisions...

Votre théorie selon laquelle il vivrait dans les fosses abyssales et pourrait subsister grâce aux calamars géants, je n'y avais jamais pensé, mais cela me semble plausible et je dirais même que c'est une idée "de génie". Il ne reste plus qu'à vérifier. :D

En tout cas, il est certain que la possibilité qu'existe encore un tel animal de nos jours nous fait vraiment rêver!

Voici un petit article consacré au Mégalodon (Sources: http://www.sponline.com/megalodon/megalfr1.htm):

Citation:
Imaginez un poisson d'une quinzaine de mètres de long doté d'une mâchoire munie de dents aussi longues que votre main…C'est le Carcharodon megalodon, ou plutôt c'était…

Les Anciens les appelaient glossopètres, pensant qu'il s'agissait de langues de serpents pétrifiées. Bernard Palissy, un savant français du 16ème siècle, fut un des premiers à avancer que ces pierres étaient en fait des dents de poissons proches des requins. Au milieu du 17ème siècle, un savant danois, Niels Stensen arriva aux mêmes conclusions qu'il présenta dans un petit livre en 1667: "Canis Carchariae Dissectum Caput". Il y décrivit les similitudes existant entre les dents de requins d'aujourd'hui et ces "langues de pierres" que l'on extrayait depuis de siècles des falaises de l'Ile de Malte. Pour lui ces dents étaient celles d'un requin géant aujourd'hui disparu. Le naturaliste suisse Louis Agassiz officialisa cette découverte en 1835, décrivant et nommant ce requin: Carcharodon megalodon (requin à grandes dents).

Ce requin gigantesque, cousin du requin blanc (certains le disent plus proche du Mako) serait apparu à la période tertiaire au début du Miocène (-24 millions d'années à - 5 millions d'années) pour s'éteindre il y a environ 1,5 millions d'années à la fin du Pliocène. De son passage dans nos océans, il ne reste que des dents fossilisées de tailles impressionnantes pouvant atteindre 20 centimètres de hauteur. Seules de rares vertèbres fossilisées ont été retrouvées, ceci étant dû à la nature cartilagineuse du squelette qui n'a pas favorisé sa conservation.

De par la taille de ses dents, on estime que le mégalodon était trois fois plus gros que le requin blanc et pouvait atteindre une longueur de 15 mètres pour un poids de 20 à 25 tonnes. A titre de comparaison le plus grand requin blanc connu à ce jour fut pêché en Méditerranée près de l'Ile de Malte et mesurait 7,10 mètres.

Les gisements de dents fossilisées permettent de penser que le mégalodon fréquentait les eaux chaudes des océans. Les grands mammifères marins (cétacés), très nombreux au Miocène, servaient de proies au requin géant. On retrouve assez fréquemment des ossements fossilisés de dauphins ou de baleines près des dents de mégalodons.

De ce constat les scientifiques pensent que la disparition du mégolodon est liée au changement climatique du milieu du Pliocène: la période glacière que la Terre a traversé aurait gravement perturbé la vie ce requin habitué aux eaux chaudes. De plus il est possible que les grands mammifères marins se soient déplacés vers des eaux plus froides, là où le mégalodon ne pouvait les suivre. Des fossiles de baleines découverts en Antarctique permettent d'affirmer qu'elles ont commencé à vivre dans ces eaux au Pliocène.

_________________
~ Unreal-X ~


Dernière édition par Unreal-X le Ven Janvier 23, 2004 12:52, édité 3 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Mars 25, 2003 13:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Décembre 15, 2002 02:50
Messages: 136
Je suis aussi d'accord. Je pensais au calamar géant , malgré que si ces mégalodons existent, ils doivent être en assez grands nombres tout comme les calamars géants, parce que si il n'y a que quelques membres de chaque espèce, ils vont pas jouer a cache-cache pour se trouver... Mais à mon avis, déjà qu'on ne les voit que très rarement, il est fort possible pour qu'il y ait d'autres espèces... Assez d'espèces peut-être, pour créer un écho-système sans que l'homme ait pu encore mettre son grain de sel.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Mars 25, 2003 23:24 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Mars 17, 2003 19:41
Messages: 1152
Localisation: Au fond des mers...
Oui, mais il reste à prouver maintenant que leur survivance soit bien réelle.

Mais pour ma part, ça ne m'étonnerait pas du tout. Ce genre d'animal est trop bien "conçu" et adapté pour qu'il puisse disparaître comme ça.
Et si un jour, l'idée de le voir et de le filmer nous venait à l'esprit ( ce qui a dû germer dans la tête de plus d'un, c'est au fond des océans qu'il faudra le débusquer. Et alors là, il faudra avoir du sacrément bon "matos" et du cran, car ce ne sera pas une partie de plaisir. Surtout s'il s'énerve et décide de remonter à la surface. :lol:

Il y a tellement de mystères au fond des mers, et c'est un lieu méconnu de l'homme. Comment peut-on avoir la moindre idée de ce qui s'y cache et de ce qui aurait pu survivre ?

_________________
Parmi les nouvelles espèces découvertes, la plupart viennent des océans...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Janvier 07, 2004 09:49 
Hors ligne

Inscription: Mer Décembre 31, 2003 10:27
Messages: 25
Je sais qu'un roman anglo-saxon, "megalodon", est paru dans les années 90. J'ai entendu parler de film, mais je ne saurai dire si c'était en projet ou réalisé (et encore le projet de film a bien pu se transformer en mauvais téléfilm genre "l'attaque de la pieuvre géante")
Quelqu'un peut-il me confirmer tout ça ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Janvier 07, 2004 10:45 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10606
Citation:
C'est assez incroyable mais beaucoup de personnes ignorent que les requins existaient déjà avant l'apparition des dinosaures. Et le plus impressionnant, c'est que les squales ont réussi à survivre au cataclysme naturel qui a détruit la race des dinosaures.

En observant des dents de requins fossiles ainsi que des empruntes de nageoires et d'os, les savants sont arrivés à la conclusion que les mers étaient jadis peuplées de redoutables prédateurs. Les plus vieux fossiles de poissons apparentés aux requins ont quelques 400 millions d'années. Les premières traces de requins modernes, proches cousins des requins actuels, remontent à seulement 50 millions d'années. Depuis, les requins n'ont pratiquement pas changé. Cela force l'admiration !

Depuis l'apparition des ancêtres des requins, il y a plusieurs centaines de millions d'années, le paysage terrestre à fortement changé. Les continents se sont peu à peu détachés et éloignés. Le niveau des mers a monté puis baissé, et le fond de la mer s'est soulevé pour donner naissance aux montagnes.

Avec les crocodiles et les tortues, les requins sont les plus anciens animaux du monde encore en vie !

Le plus ancien requin moderne est le requin dormeur cornu. Il existait déjà il y a 160 millions d'années et n'a pas changé depuis.

Source : fredshark


A la lecture de cela, il ne serait pas étonnant que le carcharodon Megalodon ait survécu, il aurait disparu par manque de sa nourriture de prédilection, ce n'est qu'une théorie. Il pouvait voyager sans peine et se trouver autre chose à se mettre sous la dent.

Dans le genre ancêtre qui se porte bien, il existe aussi le crocodile de mer qui mesure huit à neuf mètres de long, dans un ancien document filmé, Alain Bombard disait qu'il avait été témoin d'une chose extraordinaire, le combat de crocodiles de mer et de grands requins.

Les crocodiles n'ont fait qu'une bouchée des requins, c'est pour dire qu’aussi féroce et dangereux que soit le grand requin, il est tout de même tombé sur plus fort et plus dangereux que lui.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Janvier 07, 2004 18:29 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Mars 17, 2003 19:41
Messages: 1152
Localisation: Au fond des mers...
Pour répondre à ta question, Disciple... il y a bien un film qui est entrain de se faire, basé sur l'histoire du roman : Mégalodon, de Steven Alten.
Ce sont les studios Disney qui ont achetés les droit du livre.

... j'ai aussi entendu parler du crocodile marin.
Il existe à l'heure actuelle un grand crocodile marin ( Crocodylus porosus ), d'une longueur avoisinant les 8 à 10 mètres.
Pourtant, bon nombres de personnes ont déclaré en avoir vu des biens plus grands. On n'ignore toutefois s'il s'agit de Crocodylus porosus) géant, ou alors d'une espèce inconnue, ou bien encore d'un rescapé de la préhistoire. Car le crocodile en lui-même est un rescapé de la préhistoire.

Des bruits courent sur le fait qu'il s'agirait d'un Mosasaure, crocodile marin préhistorique pouvant atteindre les 15 mètres en moyenne.

_________________
Parmi les nouvelles espèces découvertes, la plupart viennent des océans...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Janvier 07, 2004 18:31 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Mars 17, 2003 19:41
Messages: 1152
Localisation: Au fond des mers...
Ha j'oubliais Disciple... en parlant du roman : Mégalodon, il y a sa suite : La terreur des Abysses, du même auteur bien sûr.
Mais peut-être le sais-tu déjà ! :)

_________________
Parmi les nouvelles espèces découvertes, la plupart viennent des océans...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Janvier 08, 2004 09:39 
Hors ligne

Inscription: Mer Décembre 31, 2003 10:27
Messages: 25
Merci pour toutes ces infos.
Si le mégalodon existe, ce qui explique qu'on ne le croise pas fréquement est qu'il vit dans les abysses , à manger des calmars. Crédible.
Par contre, pour bcp de créatures abyssales, les yeux ne servent pas à grand choses. Donc le Mégalodon est aveugle, ou n'a pas d'yeux (ou de très mauvais) !
Cela dit vu le nombres de sens que possèdent les squales (odorat, champs magnétique....) , la vue ne doir pas leur faire défaut.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Janvier 08, 2004 17:59 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Novembre 16, 2003 17:59
Messages: 213
Localisation: Amity
Le Megalondon ferait dans les 20 a 25m,en gros,il serait physiquement pareil que le requin en 3 fois plus gros.Il est absoluement enorme,avec une bouche qui peut manger 3 hommes en meme temps.Deja,la femelle requin blanc de Jaws 3 de 9m(oui ca existe)est impressionnante,alors un megalodon...

Heureusement qu'il ne remonte pas,sinon,bonjour les degâts sur les bateaux et les marins...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Janvier 22, 2004 22:09 
Hors ligne

Inscription: Lun Septembre 08, 2003 19:44
Messages: 479
Localisation: france
Et bien moi, je n'aimerais pas tomber nez à nez avec votre gros poisson, je ferais une crise cardiaque de suite. Personnellement je déteste ces requins! si il n'y en avait plus sur terre (enfin dans les mers) celà ne me dérangerais pas du tout. J'en suis phobique! :evil:
Déjà quand je suis allé en vacances aux Maldives, j'ai nagé avec des requins d'environ 2 mètres, et ben je n'étais pas fière, pour ne pas mourir de peur, je me répètais "ce sont des poissons, rien que des poissons!" il est vrai qu'ils ont plus peur que nous, mais n'empêche que je les hais ces créatures horribles et préhistoriques! Je pense que Walt dysney devrait faire un desin animé sur "les requins" comme çà tous le monde en voudra, et ils mourront dans des grands aquariums et il n'y en aurait plus sur la planète, celà me ferait moins de peine que pour les petits poissons clowns comme "Némo".

_________________
"Les choses n'ont pas besoin d'être expliquées, il suffit simplement qu'elles soient vraies."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Janvier 22, 2004 23:31 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10606
Swastia, n'oublie pas que quand tu es dans l'eau, tu es sur son territoire, si les hommes ne se mêlaient pas d'empiéter sur le domaine des autres espèces en l'occurrence ici, la mer, jamais il ne serait en contact avec un requin. Je n'ai jamais vu un requin courir après un être humain sur la rue.

Il est normal de penser que chaque espèce animale sur la planète à son rôle à remplir (excepté l'homme), donc on peut supposer que le requin s'est maintenu parce que quelque part, il a son importance, généralement de régulateur de certaines espèces comme les prédateurs en général.

Il est vrai que je comprend ta réaction, les requins, cela fait froid dans le dos, quand il vous regarde on ressent comme une peur viscérale, son regard froid de tueur professionnel glace le sang. C'est une machine à tuer parfaite, un chef-d'oeuvre de la nature dans le genre, tellement parfait qu'il est inchangé depuis des millions d'années.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Janvier 22, 2004 23:50 
Hors ligne

Inscription: Lun Septembre 08, 2003 19:44
Messages: 479
Localisation: france
Citation:
Il est normal de penser que chaque espèce animale sur la planète à son rôle à remplir (excepté l'homme), donc on peut supposer que le requin s'est maintenu parce que quelque part, il a son importance, généralement de régulateur de certaines espèces comme les prédateurs en général.


Pour celà tu as tout à fait raison Dragon! Si ces gros poissons existent toujours c'est qu'ils ont un rôle à tenir dans le système écologique! mais je ne les aime pas quand même.
Ou seconde hypothèse de ma part, les gros "megalodons" seraient encore là pour tenir le rôle de gardes du corps et de protecteurs d'une cité engloutie dans les abysses ou viveraient les e.t. (C'est marrant cette hypothèse je l'ai toujours eu depuis toute petite! :) )

_________________
"Les choses n'ont pas besoin d'être expliquées, il suffit simplement qu'elles soient vraies."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Janvier 23, 2004 10:26 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10606
Tout cela me fait penser à la dernière émission Ushaïa à tf1 où l'on a vu en plongée des calmars de taille courante de 1 à 3 mètres de longueur qui pullulent.

Extrêmement voraces et filant à des vitesses incroyables avec leur tuyère orientable à propulsion d'eau. Le spécialiste à cité des cas où des cachalots portaient des traces de ventouses de calmars sur le corps d'un diamètre de 30 cm ! Quand on voit que les calmars de 3 mètres ont encore des petites ventouses, on peut s'imaginer avec effroi la taille probable des calmars géants. Des calamars échoués de 15 à 18 mètres ont été retrouvés, mais il est certain que des plus grands encore existent. :?

On dit même sans exagérer qu'ils auraient attaqués des chaloupes et autres embarcations légères, de toute façon, si cela est vrai le gars qui en a été victime n'est plus là pour le raconter.

La puissance du bec corné qui sert de mandibule aux calmars de 3 mètres est tellement forte, qu'ils mordent dans un gros thon surgelé tendu comme appât et dur comme du bois de la même manière que si c'était une motte de beurre. :lol:

Qui sait ce qui vit dans les abysses, on ne sait rien de ces profondeurs mystérieuses, il y a peut-être de quoi mettre la trouille au plus brave.

Mais je me demande, si ces animaux vivants aux grandes profondeurs sous une intense pression sont capables de remonter en surface sans danger pour leur intégrité physique et leurs fonctions vitales.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Janvier 26, 2004 10:00 
Hors ligne

Inscription: Mer Décembre 31, 2003 10:27
Messages: 25
Bonjour,
Pour répondre à Dragon c'est la vessie natatoire des poissons de profondeurs qui souffre (eclate) lors de la remontée en surface. Cela dit les squales n'ont pas cet organe, mais on un système sanguin dont la pression contreballance la pression extérieure.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Janvier 26, 2004 20:35 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10606
Je suis au courant pour la vessie natatoire utilisée par les poissons en général, mais je dois dire que je ne me suis jamais vraiment passionné pour les requins au point d'étudier leur système sanguin. Mais d'après ce que tu me dis, cela me paraît assez perfectionné et être une formidable adaptation au milieu.

Enfin, il est vrai que je ne l'ai pas précisé, mais quand je pensais pression et décompression, c'était au calamar que je pensais et éventuellement autre mégalodon. Je me demandais s'il était capable de remonter rapidement à la surface, mener une action et replonger à grande profondeur tout cela sans palier de décompression.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Janvier 27, 2004 09:42 
Hors ligne

Inscription: Mer Décembre 31, 2003 10:27
Messages: 25
Pour remonter et replonger, je crois qu'il faudrait vraiment des conditions particulières pour que le squale s'amuse à cela, parcequ'il sentira sacrément passer la différence de pression


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Janvier 27, 2004 20:15 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Mars 17, 2003 19:41
Messages: 1152
Localisation: Au fond des mers...
Hmm, ben en fait, il n'y a que peu d'animaux de très grandes tailles qui peuvent se permettre de descendre à de très grandes profondeurs sans en subir les désagréments de la pression.
Le plus connu étant bien sûr le cachalot. Il descend très profond pour aller "choper" le calmar super-géant. Et ceci grâce à un système très perfectionné, un espèce de fluide situé à l'extrémité de sa tête, et qui, lorsqu'il plonge et remonte, va se propager le long de sa tête et va lui permettre de ne pas être gêné par la pression.

Pour le mégalodon, on suppose qu'il pourrait lui aussi ne pas subir la pression, si effectivement il a survécu, il vivrait à des profondeurs bien inférieures à ces congénères actuels. Ce qui l'empêche pas de remonter quand bon lui semble.

En ce qui concerne le calmar géant, lui non plus n'a pas l'air gêné par la pression. Mais nous parlons là du calmar géant... qui ne vit pas dans les abysses.
Car il y a deux espèces distinctes: le calmar géant ( Architeuthis Dux) et le calmar super-géant (Architeuthis Monachus). Et celui-ci, en principe ne remonte jamais à la surface et reste dans les profondeurs.
Donc, d'après sa masse, et qui plus est, on ne sait pas quelle taille maximale il peut atteindre car aucun homme au monde n'en a jamais vu "un", on suppose qu'ildoit lui aussi avoir un système interne pour supporter autant de pression.

_________________
Parmi les nouvelles espèces découvertes, la plupart viennent des océans...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Janvier 27, 2004 21:30 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10606
Léviathan a écrit:
le calmar super-géant (Architeuthis Monachus). Et celui-ci, en principe ne remonte jamais à la surface et reste dans les profondeurs.


C'est celui-là qui m'intéresse, s'il ne remonte "jamais", comment et de quoi se nourrit-il à des profondeurs abyssales. Il est carnivore en principe et il a des grands besoins alimentaires, quand tu vois la voracité d'un calmar de trois mètres on peut s'imaginer celle d'un calmar super géant.

Il faut donc qu'il trouve des grosses proies pouvant le rassasier et s'il ne remonte pas, il doit forcément trouver les proies à son niveau de profondeur. Alors qu'elles sont ces proies ? Ou alors, il est capable de remonter beaucoup plus près de la surface pour attaquer des proies plus courantes et plus nombreuses. Voilà une chose à déterminer.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Janvier 27, 2004 22:41 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Mars 17, 2003 19:41
Messages: 1152
Localisation: Au fond des mers...
Hmm, en fait, bien qu'il ne remonte jamais à la surface, cet animal reste une énigme. Nous ne savons rien, hormis le fait qu'il existe.

Et nous ne savons pas non plus de quoi il se nourrit. Bien des hypothèses tangibles sont à souligner : déjà, celle du cachalot. Car bien que le plus souvent, le cachalot a le dessus, il n'en reste pas moins que "notre ami le calmar" doit s'en mettre quand même sous le bec. Et vu la corpulence du cétacé, ça fait un bon repas.
En outre, d'après certains chercheurs, à supposer que le mégalodon ai survécu comme on le prétend, il pourrait très bien servir de proie potentiel aux calmars super-géants. Et, ne l'oublions pas, les calmars ont des moeurs grégaires... qu'ils vivent en troupes donc. Nous supposons que les super-géants aussi. Un mégalodon ne ferait certainement pas le poids contre plusieurs calmars super-géants. Car en fait, leur frontière d'habitat n'est pas si éloignée que ça.

Evidemment, vous allez me dire : " Oui, mais tu as dit qu'un mégalodon ne pourrait survivre à une attaque de plusieurs calmars. Alors que le cachalot, lui, a souvent le dessus. Et un mégalodon est certainement plus féroce qu'un cachalot !
Oui, je sais :wink: mais... ce qui fait la différence, c'est que les cachalots attaquent en groupe. Pas le mégalodon, et les requins blancs en général, si je me souviens.

Et d'ailleurs nous ne connaissons pas non plus toutes les espèces qui vivent dans les grandes profondeurs océaniques. Ces lieux nous sont encore inconnus.
Qui peut dire quelles créatures s'y cachent :?:

_________________
Parmi les nouvelles espèces découvertes, la plupart viennent des océans...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Janvier 28, 2004 07:51 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10606
Bon, maintenant, il est possible que le super calmar géant n'ait pas les mêmes moeurs que les "petits", du moins des petites différences, par exemple il pourrait être solitaire, car vu sa taille, la chasse en groupe ne serait pas rentable pour l'individu.

Dommage que l'on dépense plus aisément pour la guerre que pour la recherche scientifique. on pourrait construire un sous-marin atomique militaire en moins et en faire un spécial abysses.

Un super sous-marin nucléaire abyssal, équipé top niveau et destiné à l'exploration des fosses et abysses sous-marins des mers du monde. Pas un petit bathyscaphe dépendant d'un bâtiment de surface, mais un vrai sous-marin d'exploration autonome, pouvant s'il le faut rester un an en plongée comme les bâtiments militaires.

Ce serait génial et je pense que l'on pourrait en découvrir des choses mystérieuses, hélas cela n'arrivera jamais, car excepté la science, à première vue il n'y a pas de retombée d'argent importante à espérer.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Janvier 28, 2004 11:20 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Mars 17, 2003 19:41
Messages: 1152
Localisation: Au fond des mers...
Oui, je suis tout à fait d'accord avec toi.

J'y avais songé, à un appareil spécialement conçu pour les grands fonds, et uniquement réservé à la recherche sous-marine.
Car, nous avons les moyens de le faire, personne ne me fera croire le contraire. Nous concevons et construisons des fusées, nous développons du matériel extrèmement sophistiqués à des fins militaires, nous inventons des satellites que nous laçons dans l'espace et capable de prendre des photos d'un homme assis sur un banc... alors un sous-marin entièrement conçu pour la recherche, c'est dans nos cordes.

Mais comme tu l'as si bien fait remarquer... l'enjeu économique ne serait pas assez important. Et même à la rigueur, dérisoire, voir insignifiant.
Il faut croire que les personnes qui nous gouvernent ne veulent pas perdre leur temps à ça.

Par contre, je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi lorsque tu dis , en parlant des calmars super-géants combattant un mégalodon, que se ne serait pas rentable pour un individu si ils s'y mettaient à plusieurs.
... on suppose qu'un calmar super-géant avoisine les 20 à 30 mètres ( tentacules y compris bien sûr) et qu'un mégalodon avoisine, lui, les 25 à 35 mètres... 40 pour les plus grands spécimens.
Imaginons-nous l'apport de nourriture que ça représente. Et par ailleurs, ls calmars ne sont pas équipés d'une grande gueule comme les requins, mais d'un bec ( oui oui, je sais que tu le sais) :wink: . Donc, il avale moins de nourriture à la fois. Je pense que chaque calmar y trouverait son compte.
C'est mon avis du moins. J'ai connu une femelle calmar à une période, donc... ! :lol:

Mais pour en revenir au mégalodon, puisque c'est de lui qu'il s'agit, quelquechose me chagrine. Si vraiment il a survécu, ce qui est plausible, ils doivent être en nombre restreint. Et comment se fait-il qu'il ne fasse pas parler de lui plus souvent. Car il ne fait pas dans la dentelle.
Et puisqu'il remonte à des niveaux moins profonds pour chasser, on suppose ( car il ne doit pas se contenter que de calmars ) il doit trouver de la nourriture proportionnelle à sa masse et à son appétit. Et quels animaux actuels seraient susceptibles de lui apporter ce qu'il recherche : les baleines !
Et on sait que les 3/4 des baleines sont suivis scientifiquement.

Donc, j'essaie de comprendre, mais je m'y perd un peu. Car beaucoup de choses ne sont que théoriques. On ne sait même pas si ils ont survécus réellement.

_________________
Parmi les nouvelles espèces découvertes, la plupart viennent des océans...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Janvier 28, 2004 13:52 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Novembre 16, 2003 17:59
Messages: 213
Localisation: Amity
Vu la tres grande velocité des bébés de 7m megalondon,si les parents sont pareils,et vivent dans les profondeur,aucune proie ne peut lui echapper,pas meme un architheutis,c'est sur a 99%.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Janvier 28, 2004 14:52 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10606
Il est probable que le mégalodon fait partie des souvenirs lointains, car,
Citation:
Les grands mammifères marins (cétacés), très nombreux au Miocène, servaient de proies au requin géant. On retrouve assez fréquemment des ossements fossilisés de dauphins ou de baleines près des dents de mégalodons.

De ce constat les scientifiques pensent que la disparition du mégolodon est liée au changement climatique du milieu du Pliocène: la période glacière que la Terre a traversée aurait gravement perturbé la vie ce requin habitué aux eaux chaudes. De plus, il est possible que les grands mammifères marins se soient déplacés vers des eaux plus froides, là où le mégalodon ne pouvait les suivre. Des fossiles de baleines découverts en Antarctique permettent d'affirmer qu'elles ont commencé à vivre dans ces eaux au Pliocène.


Donc comme dit Léviathan, les dauphins et autres mammifères marins de grandes tailles étaient sa nourriture de prédilection, apparemment, il semble qu'il n'y ait plus d'attaque de baleine, car ces dernières sont pour ainsi dire toutes suivies de près et des disparitions "inquiétantes" seraient décelées. Donc mégalodon aurait rejoint la longue liste des disparus.

- Mâchoire reconstituée de Mégalodon : >>>Clic Ici<<<


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Janvier 28, 2004 17:37 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Mars 17, 2003 19:41
Messages: 1152
Localisation: Au fond des mers...
Je suis assez d'accord avec ce que dit Dragon. Quant au fait que si le mégalodon avait survécu, il aurait fait beaucoup plus de "vagues". C'est aussi mon avis. Ou alors comme je l'avais dit, ils doivent être en nombre très restreint.

Ou bien se contentent t-ils de rester dans les fonds et subsistent avec ce qu'ils trouvent .
D'autres créatures préhistoriques sont censées hanter les fonds marins. Comme par exemple, le mosasaure ( crocodile préhistorique ).

Je suis d'accord avec toi aussi, Carcharodon, quand tu dis qu'une proie n'échapperait pas au mégalodon, en l'occurence le calmar super-géant.
Bien que ce prédateur soit rapide, le calmar n'est pas une chiffe-molle non plus. Et par ailleurs, ils sont en groupe. Donc, de ce fait,à supposer que le mégalodon réussisse à en croquer un, les autres ne vont pas le regarder sans rien faire.
Et comme tout calmar géant qui se respecte, il est très agressif et s'attaque à n'importe quoi, même plus gros que lui. Celà s'est déjà vu, en l'occurence des requins.

Mais pour en revenir au sujet qui nous pré-occupe, je crois malheureusement que le mégalodon n'a pas survécu aux âges.

_________________
Parmi les nouvelles espèces découvertes, la plupart viennent des océans...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Janvier 28, 2004 18:02 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Mars 17, 2003 19:41
Messages: 1152
Localisation: Au fond des mers...
... cependant, comme disait Dragon, et comme plusieurs scientifiques le disaient également. Il se pourrait que la disparition du mégalodon soit liée aux bouleversements climatiques, en l'occurence aux ères glaciaires durant lesquelles il n'aurait pas survécu.
Mais ça ne tient pas, car on sait que le mégalodon y a survécu, justement, aux différentes ères glaciaires qui ont décimé bon nombre d'animaux.
A l'heure actuelle, on ne sait pas vraiment comment il aurait disparu.

Certains témoignages sont curieux, à noter celui-ci (heu, je ne sais pas comment on fait pour inclure un texte déjà écrit dans mon message. Alors je vais le recopier)

[ Au mois de mars 1954, un évènement insolite se produisit. Le cotre australien Rachel Cohen était en cale sèche à Adélaïde. Son propriétaire découvrit alors, plantées dans la quille de bois, 17 dents de requin blanc,qui mesuraient en moyenne 8 cm à la base, et plus de 10 cm du collet à la pointe. Ces dents se trouvaient juste à l'aplomb de l'arbre d'hélice, qui était tordu. Le demi-cercle décrit par l'implantation des dents avait presque 2 m de diamètre. La longueur du requin fut estimée à environ 24 m.
Le capitaine se souvint alors d'un choc nocturne, au cours d'une tempête dans les parages de Timor, en Indonésie ].

_________________
Parmi les nouvelles espèces découvertes, la plupart viennent des océans...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Janvier 28, 2004 20:17 
Hors ligne

Inscription: Lun Janvier 12, 2004 20:06
Messages: 4
Localisation: Belgique
Quelques histoires que j'ai pu trouver :

"En mai 1939, au cours de discussions dans la presse de Sydney au sujet de la taille des requins, le capitaine J. S. Elkington du Queensland m'écrivit pour me parler d'une observation qu'il fit en 1894 d'un grand requin au large de Townsville Breakwater. (Je puis mentionner que le capitaine Elkington a passé une partie considérable de sa vie au service de la mer, et a toujours été un observateur avisé de la nature.) Il disait que pendant que la chaloupe de 35 pieds [10,5 m] dans laquelle il était se trouvait à l'arrêt durant une demi-heure, ce requin resta à dix pieds [3 m] de la chaloupe, lui donnant l'ample occasion de l'observer. "Ce n'était pas un requin pèlerin, écrivait-il, mais un vrai de type blanc ou jaunâtre, qui se projetait de quelques pieds au moins au-delà de chaque côté de la chaloupe. Cet observateur connaissait le requin pèlerin et il était sûr que celui qu'il avait vu était le grand requin blanc."

"En 1848, le navire océanique Challenger pêcha des dents de grand blanc longues de 20 cm.
Le calcul scientifique de datation révéla que ces dents étaient actuelles ..."


"En 1918, les pêcheurs à la langouste de Port Stevens, en Australie, refusèrent de sortir en mer pendant plusieurs semaines, terrorisés par un requin blanc long de 35 m. Tous ces pêcheurs restèrent chez eux durant plusieurs semaines perdant ainsi une grande quantité d'argent. Tous avaient vu le monstre ... "


"En 1980, un requin blanc de 27 m de long fut observé par plusieurs personnes au large de la côte du Queensland, en Australie, et un autre fut observé au large du Cap, en Afrique du Sud ..."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Janvier 29, 2004 11:44 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Mars 17, 2003 19:41
Messages: 1152
Localisation: Au fond des mers...
Effectivement, il y aurait plein d'histoires de ce genre à raconter, vraies ou fausses. J'avais choisi une date relativement proche de la nôtre.

Mais une chose me chagrine. En l'occurence, l'histoire que j'ai mentionnée, et la tienne, Psycko de 1980; je ne sais pas si c'est un canular ou une "vision érronée", mais après de tels évènements, la survivance du mégalodon ne ferait plus aucun doute.
Et pourtant, on en est pas encore sûr, voir improbable.

Tout comme certaines espèces géantes, il y a eu des communiqués de presse, des réunions entre scientifiques pour dire que finalement, ces espèces existaient bel et bien, qu'elles avaient survécu au-delà du temps... et pour le mégalodon, rien !
Alors que si vraiment il y en avait encore dans les océans, ça ne surprendrait plus personne, nous n'en ferions pas tout un pataquès avec cette histoire.
Bon c'est vrai que ça ficherai un peu le j'tons de savoir qu'il y en aurait dans les mers. Rien qu'à l'idée de savoir qu'un représentant de l'espèce rôde en-dessous de nous, et qu'il pourrait attaquer, ça n'encourage pas vraiment à faire des sorties en mer. :wink:

Donc, je ne sais pas trop ce qu'il faut en déduire de tout ça. Car je pense que si il avait survécu réellement, que nous ayons des preuves très concrètes... nous le saurions. C'est mon avis. A moins que l'on nous le cache, mais pour quelles raisons dans ce cas ?

_________________
Parmi les nouvelles espèces découvertes, la plupart viennent des océans...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Janvier 29, 2004 14:16 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10606
Citation:
Y a t'il un mystère Cousteau

L'affaire éclata le 26 juin 1995: Stéphane Swirog, livre l'information, rapportant briévement une histoire relatée par l'un des de ses collégues militaires stationnés à Djibouti: il s'agissait d'une découverte effectuée par le commandant Cousteau dans une fosse marine au large de Djibouti, ou se situent des ilots dans le golfe de Tadjoura et plus particulièrement dans la passe de El-Kharab. Selon le commandant, elle n'aurait pas été révélée car elle aurait entrainé des conséquences trop importantes sur les connaissances actuelles.

L'expérience aurait consisté à immerger une carcasse de chameau dans une cage destinée à l'observation des requins et la cage en serait ressortie broyée comme par quelque créature formidable. Aucune preuve confirme le sujet mais cette rumeur est trés répandue en république de Djibouti. En 1996, un autre témoignage d'un militaire qui été en mission dans la région. Selon ce dernier, l'équipe Cousteau serait arrivée à Djibouti et aurait effectivement plongé une carcasse dans une cage, et celle-ci aurait été entiérement broyée lors de sa remontée.

Le commandant aurait plongé et vu quelque chose: il aurait déclaré que ce qu'il avait vu était trop important pour le dévoiler à l'humanité. La découverte du commanant serait-elle "la chose" dont parle Pierre Clostermann ? L'étude des grands fonds et des fosses abyssales est encore incomplète et si cette information se révélait exacte, elle confirmerait sans aucun doute l'existence d'une espèce animale particulièrement fantastique, inconnue ou à redécouvrir.

Quelle créature aurait pu pulvériser une cage aux requins, attirée par un appàt ? Le premier sur la liste est connu : il s'agit du grand requin blanc (Carcharodon Carcharias). Un tel grand blanc, si puissant soit-il, serait-il capable de broyer une cage à requins ? On peut en douter, surtout connaissant le savoir-faire et la compétence de l'équipe Cousteau.

Elargissons donc notre champ de recherches dans la famille des requins et venons-en bien sur à l'ancétre du grand blanc, à savoir le gigantesque carcharodon megalodon du miocène. Il s'agit probablement du plus gros poisson ayant jamais vécu, avec une taille oscillant entre 15 à 25 mètres et des dents de 20 centimètres de haut, les màchoires de ce super géant des mers ayant une ouverture oscillant entre i,50m et 1,80m.

En 1954, le cotre Australien Rachel Cohen passait en cale séche à Adelaide pour un carénage: il est trés interessant de noter que le demi cercle décrit par l'implantation des dents et des traces avait pratiquement un mètre de rayon. Le capitaine dudit bateau a eu souvenir d'un gros choc s'etant produit de nuit lors d'une tempète au large de Timor. Aprés une étude approfondie de la coque, des ichtologues Australiens ont conclu que l'animal possesseur d'une telle dentition devait mesurer approximativement 24 mètres. Il y a quelque part dans le pacifique, sans doute normalement en grande profondeur, des requins de la pire espèce ayant cette taille.
Closterman cite dans son livre de témoignage de David G.Stead du museum de Sidney qui écrivait en 1963 dans "sharks and rays of australien seas" :

" J'ai eu entre les mains des dents de carcharodon draguées dans le pacifique; ce n'étaient pas des fossiles, quelques unes étaient mème trés récentes et avaient appartenu à des spécimens de 25 à 30 mètres de long."

L'aire de répartition du grand blanc est immense; il est connu dans toutes les mers du monde. Quand au carcharodon megalodon, s'il existait encore, il devrait habiter les mèmes biotopes mais certainement à des profondeurs plus proches de celles ou sont censés vivre les calmars géants.

Noel Kemp, géologue agréé du Tasmanian Museum, compare dans l'illustration une dent fossile avec la machoire complète d'un grand blanc qui avait une longueur de 5 mètres: la grosseur de la dent fossile indique qu'elle a appartenu à un requin de 12 mètres de long. Il ne serait donc pas étonnant de trouver au large de Djibouti de tels animaux, le grand blanc fréquentant du reste cette zone de l'océan indien.

Un animal préhistorique ?

Mème si l'hypothèse du carcharodon megalodon est séduisante, d'autres suspects pourraient fort bien étre retenus. On peut penser au Mosasaure, qui vivait au crétacé, à la fin de l'ére secondaire. Il s'agissait d'énormes lézards dont le corps faisait penser à celui d'un énorme crocodile. Avec leurs puissantes dents, ils pouvaient broyer n'importe quoi et pourquoi pas une cage à requins ? Ces animaux avaient une longueur oscillant entre 12 et 15 mètres et étaient les grandes terreurs des océans de l'époque. Ils sont officiellement éteints depuis 70 millions d'années mais sous la dénomination de serpent de mer, on retrouve souvent leur silhouette caractéristique de trés grand crocodile.

Au crétacé inférieur vivait le kronosaurus qui était le plus grand et le plus lourd des plésiosaures à cou court de la région australienne et qui était une version reptilienne de notre actuel cachalot. Son cràne aplati au sommet, long et massif, mesurait 3 mètres, pratiquement le quart de la longueur totale de son corps, et était plus grand et plus fort que celui du plus gigantesque des dinosaures carnivores. La longueur totale de l'animal était évaluée entre 12 et 15 mètres. L'un de ses derniers représentants est certainement celui qui fit la stupeur de l'équipage de l'U 28, le 30 juillet 1915.

Le sous-marin torpilla dans l'atlantique nord le navire britannique Iberian et à la suite de l'explosion sous-marine de ce dernier, les membres de l'U 28 aperçurent avec les débris de l'épave un gigantesque animal soulevé par la déflagration: selon le rapport du commandant du sous-marin, Georg Gunther Freiherr Von Forstner, l'animal qui disparut dans l'eau au bout de 10 à 15 secondes meurait environ 20 mètres de long et ressemblait par sa forme à un crocodile, avec quatre membres munis de puissantes palmures et une longue tète s'effilant en pointe. Etonnant témoignage, surtout lorsque l'on sait qu'il vient d'un marin professionnel.

Une pieuvre géante ?

Le dernier prétendant à ce mystère pourrait étre, comme le suggére Christian le Noel, cryptozoologue reconnu par ses nombreuses expériences sur le terrain, une pieuvre géante de type grégaire vivant dans d'immenses trous ou cavernes et n'ayant aucune raison de remonter à la surface. L'exemple le plus significatif de l'existence de tels monstres est celui relatif au cadavre retrouvé à Saint-Augustine en 1896, dont les restes immenses appartenaient à une espéce de pieuvre dont les mensurations n'ont aucune commune mesure avec les plus grosses que nous connaissons actuellement. Des pieuvres inconnues aussi grandes n'auraient aucune difficulté à broyer des cages à requins. C'est certainement la piste la plus intéressante à suivre, c'est aussi la croyance des indigénes de la régions.

Tout est possible à ce stade de l'enquète. Le seul élément à notre disposition, matériel mais non visible, est le fait que la cage à requins fut broyée par quelque animal ayant une force considérable. L'élément qui nous manque est celui concernant l'état de la dite cage et nous ne savons pas non plus si les indices relevés à son examen sauraient nous faire remonter jusqu'à la véritable identité de l'agresseur.

Notons que dans son ouvrage "Monstres des lacs et des Océans" (éditions plein sud, 1996) Richard D. Nolane précise que d'aprés Jean Jacques Barloy, le commandant cousteau aurait réussi à filmer le monstre et conserverait le document dans un coffre avec ordre de ne jamais l'en sortir car il serait de mauvaise qualité et néfaste à sa réputation. Il y aurait aussi une brochure qu'un des correspondants de Barloy aurait eue entre ses mains.

Barloy au cours de l'émission Sciences au naturel de Marie-Odile Monchicourt diffusée le 5 octobre 1987 sur france-inter, révéla :

" Le monstre de Djibouti vivrait dans le Koubé, qui est une sorte de petite mer intérieure aux eaux noires et bordées de falaises verticales. Le monstre y serait entré autre-fois et ne pourrait plus en ressortir (soit parce qu'il a grandi, soit parce que les courants l'empèchent de partir). Cette créature ressemblerait à une gigantesque raie. Tous les ans aurait lieu une cérénomie organisée par des habitants du lieu qui considéreraient la bète comme un dieu de la mer. Ils descendent dans les eaux noires du Koubé un chameau vivant, dans une cage, en guise d'offrande. trente secondes aprés ils remontent la cage mais celle-ci ainsi que le camélidé ont disparu. Il y a eu entre-temps quelques remous pour témoigner du drame. Cousteau aurait parait-il réussi à filmer le monstre. Il conserverait le document dans un coffre-fort, avec ordre de ne jamais le sortir. En effet, le film serait de mauvaise qualité et Cousteau craindrait pour sa réputation. Il aurait également écrit une brochure intitulée: la bète ou la chose "

En dehors de ce témoignage qui passa sur les ondes, il y a un mutisme complet sur le film et la brochure.

Comme le disait le commandant cousteau :

" Mes amis, je crois que la mer nous réserve encore bien des surprises......."

djiboutiweb


Réalité ou canular ? This is the question.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages précédents:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 426 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 15  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  

Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB.biz
phpBB SEO