Nous sommes le Mer Octobre 17, 2018 07:25


Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 200 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 7  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Mokele-Mbembe - Dinosaure au Congo
MessagePosté: Ven Novembre 04, 2005 22:26 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Août 24, 2005 21:25
Messages: 242
Localisation: St-Jérôme, Québec
Après quelques recherches sur le forum je me suis rendu compte que personne n'avait consacré de topic à un de mes sujets préférés en cryptozoologie, soit le Mokele-Mbembe.

Bienvenue à Jurassic Park! C'est la phrase que l'on entendra peut être un jour en parlant du Congo.

En effet, dans la région du Likouala, forêt s'étendant sur environ 130 000km,et d'autres forêts d'Afrique centrale, on signale fréquemment des animaux étranges qui,selon les descriptions faites de ceux ci, ressembleraient beaucoup à des dinosaures.Le nom donné à cet animal: Mokele-Mbembe.

Les rumeurs parlant de dinosaures survivants en Afrique ne datent pas d'hier: dès 1776, un missionnaire français se trouvant au Congo affirme avoir observé le long d'une forêt, la piste d'un animal, qui selon ses empreintes devait être énorme.Celui-ci n'était apparement pas un pachyderme car les empreintes indiquaient qu'il possédait trois doigts(ce qui est caractéristique des dinosaures). Au XIX siècle,les témoignages mentionnant ces "dragons" se multiplièrent,incitant donc certains mercenaires à organiser plusieurs expéditions.

Il est vrai que la possibilité de découvrir des dinosaures survivants a de quoi enflammer l'imagination.Mais c'est surtout quand la presse commença à s'emparer de l'histoire que les choses prirent les proportions que nous connaissons. Le 13 février 1910 "Le New York Herald" parlait de la possible survivance d'un brontosaure en Afrique.
Après que des quantités d'autres journaux aient parlé de cette histoire,tout monde connaissait la description du monstre appelé mokele-mbembe dans le nord du Congo, et nyamala au Gabon.

La longueur de l'animal serait comprise entre 8 et 10 mètres,il possèderait une petite tête et un long cou semblable à celui d'un serpent,un corps de la taille d'un éléphant de forêt, quatre pattes robustes et une queue puissante ressemblant à celle d'un crocodile. L'animal habiterait dans la forêt tropicale humide et semble affectionner de temps en temps l'eau des lacs. Mais les descriptions de l'animal sont surtout basées sur des témoignages de Pygmées qui,d'ailleurs,craignent la créature à cause de sa force(elle peut renverser une pirogue avec sa queue).

Pour vérifier les dires des populations locales,certains savants ont montré aux Pygmées des ouvrages paléontologiques où l'on y voyait des dinosaures(il faut rappeler que les pygmées ne connaissent pas l'existance des dinosaures);D'après les témoignages,les scientifiques s'accordent à dire qu'il ne s'agit pas d'un théropode (famille du tyrannosaure) mais d'un sauropode de la famille des brontosaures,ces animaux gigantesques au long cou qui vivaient à l'ère secondaire mais qui sont censés avoir disparus il y a 65 millions d'annnées.Alors serait ce un fossile vivant comme le coelacanthe?En tout cas cela n'a rien de scientifiquement impossible et comme l'écrit Armand de Ricqlès:
"il existe souvent un laps de temps de plusieurs millions d'années entre le dernier représentant d'un groupe connu à l'état fossile et son représentant actuel, si bien que ce groupe, tenu pour disparu, semble surgir brusquement du passé."

Faut-il vraiment prendre au sérieux cette histoire?Probablement, mais là encore,comme c'est souvent le cas,des canulars viennent diminuer la crédibilité de l'histoire: En 1919, Lepage aurait observé au Congo belge un Triceratops , qui aurait tué plusieurs indigènes.Ceci est une histoire absurde qui a,sans doute, alimenter d'autres canulars.En 1932,en Angola,aurait été prise une photo d'un dinosaure vivant;mais celle ci était truquée,il s'agissait en réalité d'un montage ente un varan de Komodo et un hippopotame.

Par opposition,certains éléments peuvent prouver l'existance de ces animaux:Les Pygmées du Congo et du Gabon qui,ne se sont jammais rencontrés parlent de la même plante,le malombo,pour désigner ce qui serait la principale nouriture de ces " dinosaures survivants".
En 1980, fut organisée une expédition par le biochimiste Roy Mackal dans les marécages de Likouala.A l'aide d'un sonar ils ont sondé la Baie où le mokele mbêmbe était censé se trouver. A cet endroit, deux éléments étaient intrigants:
1° d'étranges empreintes de pas apparaissaient sur le sol
2° ils aperçurent un sillage provoqué par la plongée d'un gros animal, beaucoup plus gros qu'un hippopotame

Le fait qu'il y ait des créatures de grande taille dans les forêts d'Afrique centrale,est presque une affirmation,mais quelle genre d'animaux peuvent-ils bien être?Pour certains savants,il y a bien des créatures inconnues dans ces marécages,mais pour eux,sans être un dinosaure le mokele mbêmbe pourrait être une espèce de varan géant.

Cependant,un élément ne coïncide pas avec cette hypothèse: c'est le fait que les varans soient carnivores alors que le mokele mbembe est supposé être herbivore.Alors qui sont ces animaux?

Voici l'histoire de William Gibbons qui est allé personnellement au Congo à plusieurs reprises dans le but de prouver au monde entier l'existence d'un tel animal. Son dernier voyage date de 2002, mais il compte bien y retourner et revenir avec la preuve ultime sur vidéo. Voici son histoire :

"La possibilité que des dinosaures puissent encore exister dans des jungles reculées du monde est peut-être la perspective la plus excitante pour le monde de la science de la création. C’est le cas du mokele-mbêmbe, une créature que quelques hommes de science croient être un survivant des dinosaures sauropodes. Les vastes marais de l'Afrique équatoriale sont aujourd'hui l'endroit le plus favorable à l'existence de dinosaures.

Plusieurs des premières descriptions de la flore et de la faune de l'Afrique centrale et de l'ouest proviennent de missionnaires et d'explorateurs. En 1776, l'abbé Lievan Bonaventure Proyarte a parlé dans son livre Histoire du Loango, du Kakonga, et d'autres royaumes d'Afrique, d'un groupe de missionnaires français qui avait trouvé dans la forêt des traces d'un énorme animal inconnu. La traduction de Pinkerton1, publiée en 1914, se lit comme suit :

Il doit être monstrueux. Les empreintes de ses griffes que l'on a vues par terre ont laissé des traces d’une circonférence d'environ trois pieds. En observant chacune des empreintes et leur disposition, ils ont conclu qu'il n'avait pas couru dans cette partie du chemin, malgré la distance de sept ou huit pieds qui séparait chacune des empreintes.

Une empreinte de cette largeur ne peut être faite que par un animal de la taille d'un éléphant. Mais les éléphants ne possèdent pas de griffes. Quelle sorte de monstre était-ce ?

En 1913, le gouvernement allemand décida d'arpenter une colonie du Cameroun et choisit le capitaine Frieherr von Stein zu Lausnitz pour diriger l'expédition. Von Stein a fourni un fascinant rapport sur une créature « que craignaient terriblement les nègres de certaines parties du territoire du Congo, du bas de la rivière Oubangui, ainsi que des rivières Sangha et Ikelemba ». Ils nomment cet animal le mokele-mbêmbe.

On dit de lui qu'il est d'une couleur gris brunâtre... que sa grosseur est approximativement celle d'un éléphant. On dit qu'il a un long coup très flexible. Certains parlent d'une longue queue musclée comme celle d'un alligator. On dit que les canoës s'approchant près de ces animaux sont condamnés; On dit qu'ils attaquent sur-le-champ les navires et tuent leur équipage mais qu’ils ne les mangent pas. On dit que cette créature vit dans des cavernes creusées par la rivière dans l'argile, sur les rives où la rivière tourne abruptement. On dit qu'il grimpe sur la rive, même en plein jour, à la recherche de sa nourriture; On dit qu'il est entièrement végétarien.

On a très peu entendu parler du mokele-mbêmbe avant 1976, année où James Powell, un herpétologiste du Texas, a fait un voyage au Gabon pour étudier les crocodiles qui vivent dans les forêts tropicales. Powell a recueilli des récits du peuple Fang à propos d'un énorme monstre de rivière nommé N'yamala, et un sorcier local du nom de Michael Obang a reconnu dans la photo d'un diplodocus d’un livre de dinosaures le N'yamala qu'il a vu sortir d'un étang de la jungle en 1946. Plus tard, Powel fit part de cette information à Roy P. Mackal, Ph.D., biologiste à l'université de Chicago et vice-président de la société internationale de cryptozoologie. En 1979, Mackal et Powell se sont rendus dans la République du Congo pour étudier le mokele-mbêmbe, qui, selon Mackal serait surtout présent dans la région de Likouala, un énorme marais inondé de façon saisonnière et non indiqué sur la plupart des cartes. Dans un village du nord, nommé Impgondo, situé près de la rivière Oubangui, Mackal et Powell rencontrèrent le pasteur Eugène Thomas de l'Ohio, un missionnaire qui travaillait au Congo depuis 1955. Le pasteur Thomas avait entendu plusieurs récits à propos du mokele-mbêmbe, et il a fait venir les témoins qui avaient vu le monstre. Au début, Mackal était réticent à croire qu'il était sur la piste d'un dinosaure vivant. Cependant chaque témoin était absolument certain que les illustrations de l'apatasaurus et du diplodocus du livre de Mackal sur les dinosaures correspondaient au mokele-mbêmbe. Selon Mackal : « Les témoins décrivirent des animaux mesurant de 15 à 30 pieds; ils parlèrent surtout de la tête, du cou et de la queue. La tête ressemblait à celle d'un serpent, il avait une longue queue étroite et un corps approximativement de la taille d'un éléphant ou au moins de celle d'un hippopotame. Ses pattes étaient courtes, et celles de derrière étaient munies de trois griffes. Les animaux étaient de couleur brun rougeâtre, et avaient une crête ressemblant à celle d'un coq, qui partait du dessus de la tête et qui se rendait jusqu'au bas du cou. »

Tous les témoins oculaires affirment que les mokele-mbêmbes vivent dans les rivières, les ruisseaux et les lacs, et qu'ils sont rares et dangereux. Après quelque temps Mackal et Powell ont dû retourner aux États-Unis., mais ils étaient fort intrigués par les rapports. Mackal est retourné au Congo en 1981 accompagné d’une plus grosse équipe, et cette fois-là, il s'est rendu au sud de la rivière du Likouala aux Herbes. Il a tenté d'atteindre le lointain lac Tele, une petite étendue d'eau peu profonde située dans le coeur des marais où au moins un mokele-mbêmbe succomba aux lances des Pygmées Bagombe en 1960. Malheureusement, les étroits cours d'eau qui se jettent dans le lac à partir de la rivière inexplorée Bai étaient bloqués par des arbres tombés, rendant impossible le passage des lourdes pirogues.

Il y eu un moment palpitant quand l'expédition atteignit le coude d'une rivière juste au sud de la ville d'Epéna. Une large créature a brusquement plongé loin de la rive, produisant une vague de 18 pouces de haut qui a frappé la pirogue de Mackal. Les crocodiles ne laissent pas de sillon si grand, et les hippopotames qui y vivaient n'y sont plus car d'après les pygmées, ils ont tous été chassés par les mokele-mbêmbes.

Aussi en 1981, l'ingénieur Herman Reguster de Pasadena en Californie, a mené sa propre expédition pour le Congo et a réellement tout fait pour atteindre le lac Tele. Pendant leur exploration du lac, Regusters et sa femme Kia ont observé un cou long et gracieux se terminant par une tête ressemblant à celle d'un serpent émerger de l'eau à environ 30 pieds de leur radeau gonflable. La créature a regardé quelques secondes, d'un regard reptilien, les explorateurs étonnés avant de glisser silencieusement sous l'eau.

Un soir, vers la fin de l'expédition, l'équipe de Regusters entendit un rugissement retentissant provenant d'un énorme animal qui entrait avec fracas dans le marais près de leur camp. En 1983, un biologiste congolais, Marcellin Agnagna, a mené sa propre expédition au lac Tele. Après cinq jours d'exploration des marais autour du lac, Agnagna et ses collègues ont repéré un large animal s’enfonçant sous l'eau. Il avait une petite tête de lézard, un long coup et un large dos proéminent. Agnagna a essayé de filmer la créature avec sa cinécaméra super 8, mais dans son enthousiasme il a oublié de changer l'ajustement de la lentille de macro à longue distance. Encore une fois, le monde ne put obtenir une preuve filmée.

Ma première expédition au Congo s'est déroulée de novembre 1985 à mai 1986. Nous avons été retardés de plusieurs semaines à Brazzaville par un système bureaucratique corrompu et lent, mais le pasteur Thomas a utilisé gracieusement ses contacts dans les divers ministères pour nous aider à nous mettre en route. Éventuellement nous avons atteint le lac Tele après cinq jours difficile dans la forêt. Nous avons vu des gorilles, des chimpanzés, d’énormes pythons, des crocodiles et des tortues, mais pas le gros monstre. Nous avons également pu constater que la crainte du mokele-mbêmbe était considérable chez les Congolais ruraux, ce qui rendit à plusieurs occasions la cueillette d'information très difficile. Tous les jours, nos guides chassaient, et à une certaine occasion, ils ont tué une sorte de singe qui nous était inconnu. Les restes (la tête et la peau) furent préservé dans du formol et furent présentés plus tard au British Museum of Natural History à Londres, en Angleterre. Le singe a plus tard été classifié comme une sous-espèce de cerocebus galeritus, ou le singe sans crête de mangabey.

Ma seconde expédition, lancée en novembre 1992, visait aussi à faire une livraison urgente de matériel médical dans une clinique gratuite gérée par le centre missionnaire d’Impfondo. Cette fois, nous nous sommes dirigés vers le nord de la rivière inexplorée Bai et avons poursuivi notre chemin vers le nord-ouest, traversant de denses marais où nous avons trouvé deux petits lacs qui n'étaient pas encore sur les cartes. Une fois encore, nos guides avaient peur de rester dans la région. Nous avons donc dû écourter notre exploration des marais. Quoique plusieurs habitants de la région du Likouala savaient exactement où nous pourrions observer et filmer un spécimen de mokele-mbêmbe, ils croyaient que de parler ouvertement de ces animaux aux étrangers blancs les ferait mourir. Seules la crainte et les superstitions nous ont empêchés de faire une découverte majeure.

En 1994, une guerre civile éclata au Congo, enlevant toute possibilité d’une troisième expédition à cet endroit. À ce moment, j'ai commencé a regarder d’autres possibilités en Afrique centrale pour continuer ma recherche. J'ai décidé de regarder de nouveau au Cameroun. Le sud du pays (qui borde le Congo) a été à peine exploré, et est encore riche en forêts luxuriantes, en marais et en rivières larges et profondes, juste comme Von Stein l'avait décrit en 1913. En novembre 2000, je partis en voyage au Cameroun avec Dave Woetzel de Concorde au New Hampshire. Nous faisions équipe avec Pierre Sima, un citoyen camerounais qui chassait de façon régulière dans la forêt avec les pygmées Baka. Après avoir acheté du matériel additionnel, nous sommes retournés au sud par l’une des pires routes imaginables. Nous avons consacré la plupart de notre temps à travailler dur pour traverser des marais qui nous allaient jusqu'à la taille, allant d'un village de pygmées à l'autre. Nos efforts ont été récompensés par les descriptions de témoins oculaires sur les activités du mokele-mbêmbe, de 1986 à avril 2000. Quoique les gens de Baka nomment ces animaux la`kila-bembe, ils les décrivent exactement comme les pygmées Kelle du Congo, et ils ont confirmé que ces monstres vivaient encore dans les rivières, les marais et les ruisseaux du sud du Cameroun. Les pygmées ont aussi rapporté que le monstre avait des séries de pointes dermiques le long de son coup, de son dos et de sa queue. Il s’agit d’une caractéristique physique des dinosaures sauropode que les paléontologistes ont découvert seulement en 1991. On a aussi recueilli des renseignements sur d'autres animaux étranges qui, dit-on, habitent dans la forêt et les marais. Ces animaux incluent un large quadrupède coiffé d'une lourde crête et comptant jusqu'à quatre cornes sur sa tête. Nos témoins ont immédiatement choisi l'image d'un triceratops pour identifier cet animal qui est censé tuer et éventrer des éléphants. À notre surprise, contrairement aux pygmées du Congo, les pygmées Baka du Cameroun n'attachent aucune croyance surnaturelle ou mythique aux animaux mystérieux du sud du Cameroun. Ils étaient très heureux de répondre à nos questions et ils nous ont fourni beaucoup d'information à propos de ces animaux. Comme test, nous avons montré aux pygmées des photos d'autres animaux. Comme celle d'un ours nord-américain, qu'ils n'ont pas reconnu. Ce test a confirmé la précision et la vérité de leur témoignage. Nous sommes repartis plus motivés que jamais, sachant que nous avions fait d'importants progrès dans la recherche du mokele-mbêmbe.

Je suis retourné au Cameroun en février 2002 avec une expédition composée de quatre hommes chrétiens. Nous avons perdu beaucoup de temps précieux à cause de problèmes pour trouver le moyen de transport approprié. Nous avons tout de même réussi à retourner dans la zone visée. Et, encore avec l'aide de notre ami Pierre Sima, nous avons interviewé de nouveaux témoins oculaires et rassemblé encore plus d’information précieuse sur le mokele-mbêmbe ainsi que sur d'autres animaux mystérieux de la région. Mais nous étions dans la saison sèche, le niveau d'eau de la rivière était très bas et nous disposions de peu de temps pour faire la recherche sur le terrain. Nous devrons donc y retourner durant la saison des pluies (le meilleur temps pour observer le mokele-mbêmbe, d'après la plupart des témoins oculaires). Je demande aux lecteurs de bien vouloir me pardonner pour le manque de détails sur l’endroit exact de mes travaux, mais je crois être à un cheveu de localiser et de filmer un spécimen de mokele-mbêmbe."


Voici maintenant la seule empreinte jamais prise de l'animal en question. Ce n'est pas celle d'un éléphant ni d'un hippopotame.

Image

_________________
On n'est pas le meilleur quand on le croit, mais quand on le sait...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Novembre 04, 2005 22:36 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Août 24, 2005 21:25
Messages: 242
Localisation: St-Jérôme, Québec
Ah oui pour ceux n'ayant déjà vu le film "Baby", il est tiré de la légende du Mokele-Mbembe. Film excellent d'ailleur :

Image

_________________
On n'est pas le meilleur quand on le croit, mais quand on le sait...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Novembre 05, 2005 03:55 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Juillet 11, 2005 01:37
Messages: 2643
Localisation: Somewhere in the 21st century...
Force est de constater que les indices sont plus que minces, non ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Novembre 05, 2005 09:15 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10612
Je crains que tu n'aies mal regardé, il y a un dossier réalisé par moi sur le Mokele-Mbêmbe dans la rubrique " dossiers " au portail : http://www.paranormal-fr.net/dossiers/mokele-mbembe.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Novembre 05, 2005 11:31 
chevalierdelombre a écrit:
Force est de constater que les indices sont plus que minces, non ?




Il y a des témoignages, c'est déjà ça.


Et puis prouver l'existence du gorille a pris trois siècles, il ne faut jamais dénigrer la valeur de multiples témoignages :

http://perso.wanadoo.fr/cryptozoo/decou ... orille.htm


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Novembre 05, 2005 12:39 
Merci pour ce texte passionnant!!! Le cas Mokélé-Mbembe est super interressant parce que tres peu exposé dans les médias et tous ce qui permet de remettre en question l'existence du monstre le plus célébre de l'histoire (Je parle bien sur de notre amis Nessie!) n'est pas présent ici, ce qui laisse une énorme marge de crédibilité à ce mystére la!

Et si on pouvait prouver une bonne foi pour toute que "OUI" il est possible qu'un animal préhistorique est réussi a survivre ca permettrait enfin d'avoir l'attention des scientifique et d'illucider certain grand mystéres cryptozoologique actuels!

Allez, on y croit!!! :wink:


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Novembre 05, 2005 14:22 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Septembre 11, 2004 16:34
Messages: 1912
Localisation: Ulthar
Pour ma part, je ne dirais pas animal préhistorique mais une souche, une variante, un descendant, peut-être plus petit mais en tout cas redoutable. D'ailleurs, je crois qu'il y a aussi un cas qui n'a pas été signalé, celui d'une tribu qui dans les années 70 je crois avait tenté de manger l'un de ces animaux. Il s'est révélé que sa chaire était infecte et dangereuse à consommer...... :roll:

Moi, ce sujet me passionne, et je pense qu'il va y avoir un de ces quatre une découverte extraordinaire dans cette région du monde. Je pense même qu'il faut parler de plusieurs espèces. Moi, on m'en a cité 6 !!!!
Il y aurait aussi de grosses rumeur sur la possible existence d'une créature redoutable et dont les déscriptions évoquent un hybride d'Edaphosaure, de Dimetrodon et de Varan géant à pattes hautes, portant une large crête dorsale. On en parle dans ces régions, mais étrangement, il en est fait mention également en Australie ou Nouvelle Zélande. Il serait redoutable, extrêmement rare. Mais les rares personnes l'ayant vu ou entendu en parlent comme d'un mangeur de crocodile et un tueur né. Je n'arrive pas à retrouver le témoignages de ces australiens qui avaient rencontré une espèce de varan géant haut sur pattes, mais je crois qu'il est sur le site.....
:roll:

_________________
Kira se porte très bien, foutez lui la paix, Jen, quant à lui, est devenu sculpteur de créatures intempestives...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Novembre 05, 2005 14:47 
Il existait un varan géant australien aux temps préhistoriques et que quelques rares spécimens soient encore en vie pourquoi pas l'Australie est vaste.


http://jflhomme.club.fr/actu/megafaune_australie.htm


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Novembre 06, 2005 16:17 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Août 24, 2005 21:25
Messages: 242
Localisation: St-Jérôme, Québec
Désolé Dragon j'avais fait uniquement une recherche sur le forum à partir du mot Mokele voila pourquoi je croyais que le sujet n'était pas abordé.

La prochaine fois je ferai un tour complet du site, y comprit les sections autres que le forum.

_________________
On n'est pas le meilleur quand on le croit, mais quand on le sait...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Novembre 06, 2005 23:49 
Si un tel animal a survécu c'est qu'il doit y en avoir un nombre considérable non pour qu'ils ai pus survivre jusque là...(?)


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Novembre 07, 2005 00:06 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Juillet 16, 2005 19:40
Messages: 329
Localisation: Paris
Peut être se sont-ils réfugiés dans les cavernes dont il est question dans le texte .
Si je ne m'abuse le Congo c'est la jungle , ca ne doit pas être facile de faire des recherches . Je pense également que le climat africain serai le plus adapté à des dinausaures ayant dépassé l'âge de la retraite .

_________________
Culpa, misericordia, pietas ac gratia... Ou pas.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Novembre 07, 2005 00:12 
D'autant plus que si l'animal fuit à l'approche de l'homme, il doit être difficile de le croiser.


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Novembre 07, 2005 09:43 
Jungle ou pas Jungle le probleme c'est que tout le monde s'en br....! Si demain un mec arrive à le filmer ou le photographier et établit la preuve de son existence, là ils n'auront plus peur de passer pour des cons et là tout le monde va se précipiter au congo et ca va etre la guerre pour etre le premier a trouver l'animal!

C'est pas comme ca qu'on va reussir à grand chose, parce que aussi motivés soit ils, les gens comme William Gibbons n'auront jamais autant de moyens que si un gouvernement ou un grand centre de recherche s'y interessait!! :?


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Novembre 07, 2005 09:52 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Mai 10, 2005 17:00
Messages: 3411
Localisation: Down in Dragontown.
Inutile de s'énerver pour autant.

_________________
"Dieu est mort" - Nietzsche
"Nietzsche est mort" - Dieu


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Novembre 07, 2005 14:48 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Août 24, 2005 21:25
Messages: 242
Localisation: St-Jérôme, Québec
Shura...

Oui il doit en exister un nombre considérable. N'oubli pas que la créature a été apperçu à des endroits distants d'environ 1000 km. Je ne crois pas que ce soit le même qui se déplace. Et les indigènes de la région parlent de plusieurs Mokeles et non pas d'un seul.

_________________
On n'est pas le meilleur quand on le croit, mais quand on le sait...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Novembre 07, 2005 15:51 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Octobre 26, 2005 15:46
Messages: 1474
Une espèce vivante n'est pas éternelle.

Le vivant a besoin pour subsister, de se reproduire. De plus, la subsistance sur des milliers d'années requiert un procéssus social élaboré.

_________________
http://pblanchard.blog4ever.com/blog/index-355507.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Novembre 07, 2005 16:54 
Il s'agit peut être de descendants de dinosaure ou pas et puis ton argument ne tient pas, il a des espèces qui n'ont presque pas évoluées depuis des millions d'années par exemple les limules.

Et des espèces sociales ont tout de même évolués depuis des millions d'années, les fourmis par exemples.

Et il existe des fossiles vivant le coelacanthe par exemple.


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Novembre 07, 2005 16:59 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Octobre 26, 2005 15:46
Messages: 1474
Je n'ai jamais parlé d'évolution car une évolution implique un changement.

Mais je suis d'accord avec toi, les fossiles vivants sont des exemples parfaits.

Je voulais simplement dire qu'il fallait un certain nombre d'individu pour qu'une espèce survive.

L'hypothèse de la migration me parait cohérente pour expliquer les témoignages distants.

Une autre hypothèse est possible mais plus qu'hasardeuse car elle risque de faire grincer des dents.

Une tribu d'indigène aurait pu, à travers son évolution, apprivoiser l'animal. En acceptant le fait que l'animal soit docile et qu'il n'y ait pas de conflit territorial entre le dinosaure et les indigènes.

_________________
http://pblanchard.blog4ever.com/blog/index-355507.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Novembre 08, 2005 09:04 
Il se peut aussi que ce ne soit que du folklore commun à plusieurs tribus indigènes ! Il y en a bien qui croient en Dieu alors qu'ils ne l'ont jamais vu !


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Novembre 08, 2005 14:38 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Août 24, 2005 21:25
Messages: 242
Localisation: St-Jérôme, Québec
Willy...

N'oublions pas qu'il y a des biologistes qui ont aperçu la bête. Elle a aussi été filmée, mais par un incompétent trop stressé pour configurer sa caméra. :wink:

_________________
On n'est pas le meilleur quand on le croit, mais quand on le sait...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Novembre 08, 2005 14:58 
LOL! Oué je sais, enfet j'emmettait juste une hypothèse à laquelle de toute facon je n'ai aucune envie de croire!

Par contre, meme si c'est vrai que c'est frustrant de n'avoir jamais un document clair et net, on peut pas vraiement en vouloir aux témoins d'une seul foi! Qui sait dans quel état on serait nous d'etre témoin d'une tel chose!
J'imagine que dans le tourbillon de l'émotion, de l'exitation, du stress, soit t'oubli les choses, soit tu les fait mal!
On pourrait faire des reproches a ceux qui dises etre les témoins routiniers de manifestations de fantomes, esprits ou autres, mais pas a ceux qui sont surpris par une manifestation, ca doit pas etre évident!

:wink:


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Novembre 08, 2005 15:05 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Juillet 11, 2005 01:37
Messages: 2643
Localisation: Somewhere in the 21st century...
Citation:
Elle a aussi été filmée, mais par un incompétent trop stressé pour configurer sa caméra.
Un partisan du canular pourrait te dire que l'erreur est parfois volontaire... :wink:
Les biologistes qui ont aperçu la bête étaient-ls réellement objectifs ? Et si ils avaient juste voulu un peu de gloire ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Novembre 08, 2005 15:34 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Octobre 26, 2005 15:46
Messages: 1474
Willy a écrit:
Il se peut aussi que ce ne soit que du folklore commun à plusieurs tribus indigènes ! Il y en a bien qui croient en Dieu alors qu'ils ne l'ont jamais vu !


C'est pour cela qu'ils ne font que croire.

Il faut faire la différence entre croire et savoir.

_________________
http://pblanchard.blog4ever.com/blog/index-355507.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Novembre 08, 2005 16:16 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Août 02, 2005 14:39
Messages: 1373
Juste un question simpliste :
Avec la technologie actuelle et les satellites capable de lire votre plaque d'immatriculation, n'est-on pas capable de repérer ces animaux d'une taille apparement gigantesque ?
Un bon algorithme de traitement des images satellites permettrai de faire un premier tri des éventuelles prises de ces animaux.
Ce tri serait ensuite inspecté à la main, mais je pense qu'il n'y a rien d'insurmontable pour un service de renseignement.

Bref, vive la technologie au service de l'homme. :wink:

Amicalement,
Nebius.

_________________
© Ceci est ma signature


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Novembre 08, 2005 16:21 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Octobre 26, 2005 15:46
Messages: 1474
J'ai lu un jour dans un article que de tels satellites n'existaient pas encore (du moins officiellement)

Mais apparemment ces animaux vivent dans des régions boisées.

Petite question (en admettant qu'ils existent) :les scientifiques qui ont aperçus l'animal de loin auraient-ils pus le confondre avec un hyppo?

Dans ce cas, adieu le dino.

_________________
http://pblanchard.blog4ever.com/blog/index-355507.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Novembre 08, 2005 16:29 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Août 02, 2005 14:39
Messages: 1373
Google map tu connais ?
On peut voir une personne, et limite savoir si elle lit le journal ou un livre.
Donc bon, la technologie n'est pas le problème, c'est sa mise en application pour des raisons si peu lucratives qui pose problème.

_________________
© Ceci est ma signature


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Novembre 08, 2005 16:33 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Mai 10, 2005 17:00
Messages: 3411
Localisation: Down in Dragontown.
Le problème d'un satellite, même s'il pouvait lire ma carte de crédit, c'est qu'il lui faut des coordonnées précises, une zone précise à scanner.
Le deuxième problème, je ne te l'apprend pas, Nebius, est mathématique - ou plutôt géométrique : le satellite est un point A et peut lire un espace de quelques cm², mais doit couvrir une zone de plusieurs km² pour découvrir quelquechose.

Je laisse le soin à un plus matheux que moi d'exprimer les théorèmes de calcul de l'angle que devra effectuer la focale pour couvrir cette zone, et surtout avec quelle précision.

N'importe quelle personne ayant pratiqué le tir sportif peut constater le phénomène : plus la distance entre l'observateur et la cible est grande, moins il faut déplacer le viseur pour obtenir un écart important ; ça doit être quelques dixièmes de degrès maximum pour un tireur à l'arc situés à 100m d'un blason d'1m² (non-officiel) alors imaginez un satellite à plusieurs centaines de km d'une zone de quelques km².

_________________
"Dieu est mort" - Nietzsche
"Nietzsche est mort" - Dieu


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Novembre 08, 2005 16:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Octobre 26, 2005 15:46
Messages: 1474
Il est vrai qu'un dino est plus gros qu'un journal.

Mais on a jamais rien vu.
Pas de yéti, Yowie, nessie, dinos et autres raretés de l'évolution.

Ou alors?

Les images sont gardées précieusement dans un coffre.

C'est un peu comme les photos de la lune par la Nasa.

_________________
http://pblanchard.blog4ever.com/blog/index-355507.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Novembre 08, 2005 16:39 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Août 13, 2005 22:08
Messages: 234
Ca me fait penser à une emprunte de rhinocéros...

Image

_________________
yé! yé! yé!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Novembre 08, 2005 16:45 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Août 02, 2005 14:39
Messages: 1373
Non je pense que personne n'a essayé ce genre de technique.
Mais pour la prise de vue du satellite, la largeur de la bande d'image recueillie est toujours la même, c'est sa précision qui varie et qui permet de "zoomer".
Mais ce "zoom" est un faux, c'est comme si vous preniez une loupe avec une photo numérique. L'effet est le même, mais la qualité du "zoom" dépends de la résolution de l'image du départ.
Pour les satellites, c'est la même chose.
Et puis il ne s'agit pas de détecter en temps réel les informations, mais de faire les prises de vues, puis de les conserver en vue d'un traitement informatique ultérieur qui permettrai de trier les zones dégagées par exemple, ou trier les zones urbaines.
Avec des algorithmes suffisamment puissant, je suis persuadé qu'il n'est pas si compliqué de rechercher ces géants par satellite.
D'autant plus qu'ils peuvent compléter la photo par une prise de vue infrarouge, d'une précision suffisante pour ce genre d'opération.

Bref, si cela ne se fait pas, c'est parce qu'il n'y a pas d'intérêt lucratif à cela.
Il y a un intérêt, mais il reste purement scientifique et n'est nullement indispensable pour la communauté scientifique internationale.
Et quand bien même la découverte d'un dinosaure vivant serait une découverte exceptionnelle, l'intérêt ne serai que médiatique et lucratif, et peu scientifique car le lobbying zoologique se ferai une joie d'enfermer ces animaux pour les présenter au grand public.

Donc pour moi, qu'il existe ou pas, je pense qu'il vaut mieux ne pas le rechercher, cela lui permettra de survivre peut-être à l'homme comme il l'a fait de ses aïeux, qui sait..

Amicalement,
Nebius.

_________________
© Ceci est ma signature


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages précédents:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 200 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 7  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  

Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB.biz
phpBB SEO