Nous sommes le Mer Février 26, 2020 22:34


Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Que devient l'esprit d'une personne mourant en étant bébé ?
MessagePosté: Jeu Septembre 16, 2004 14:56 
je me pose cette question on parle souvent d'esprit, mais quand un bébé meurt comment cela se passe il ?


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Septembre 16, 2004 15:27 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mars 31, 2004 10:26
Messages: 927
Localisation: Yvelines (Pres de Paris, en France)
Déjà rien ne dit qu'il s'agisse d'un esprit "nouveau-né"...C'est peut-être une âme qui a vécu plusieurs réincarnations. Cette dernière vient sûrement se réincarner à nouveau dans un autre corps comme elle l'avait fait précédemment...

Cela dit c'est vraiment triste, pour l'avoir déjà vécu ...

_________________
Celle qui porte la vie, porte l'avenir...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Septembre 16, 2004 17:42 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu Janvier 22, 2004 11:19
Messages: 705
Localisation: France
Certaines croyances veulent que les bébés qui meurent soient la réincarnation des âmes des suicidés...ça serai comme clôturer un cycle...ils viendraient à mourir d'une mort naturelle et ainsi pourraient reprendre leur cheminement spirituel à travers d'autres réincarnations...je sais pas si je suis très claire sur le sujet là... :oops:

_________________
Aide toi et le ciel t'aidera!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Septembre 16, 2004 18:13 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Juillet 24, 2004 19:34
Messages: 271
Localisation: Loire-Atlantique
l'âme d'un bébé qui vient de mourir reste parmi nous. Peut être l'amour de ses parents lui permette de rester "avec nous".

Je parle en connaissance de cause. J'ai perdu mon petit frère lorsqu'il avait 3 mois 1/2. Quelques fois, je sens sa présence. Peut être que c'est tout simplement moi qui déraille ????

Une question me vient à l'esprit, ou plutôt une affirmation. Est-ce possible qu'un bébé mort ressemble à ses enfants ? Et bien, oui. Mon frère est né le 19 janvier 1979 et décédé le 2 mai 1979. J'ai eu un petit garçon est mars dernier. C'est le portrait craché de mon frère. Peut être pure coïncidence ou peut être que nous le comparons trop avec les photos de mon frère.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Septembre 17, 2004 12:56 
Hors ligne

Inscription: Lun Septembre 08, 2003 19:44
Messages: 479
Localisation: france
Quand un bébé décède, son esprit part comme chez un adulte. Ce n'est pas parce que le bébé est petit que son esprit a le même âge. L'esprit est plus évolué que le corps.

Citation:
Pourquoi la vie est-elle souvent interrompue dès l'enfance?
"La durée de la vie de l'enfant peut-être pour l'esprit qui est incarné en lui le complément d'une existence interrompue avant le terme voulu, et sa mort est souvent une épreuve ou une expiation pour les parents."
Le livre des esprits d'Allan Kardec

_________________
"Les choses n'ont pas besoin d'être expliquées, il suffit simplement qu'elles soient vraies."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Septembre 17, 2004 14:39 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10612
En lisant tout ceci, il est presque impossible de ne pas faire un rapprochement avec la religion chrétienne au sujet de la mort des enfants en bas âge. Puisqu'on parle d'âme, de mort et d'enfant, on en vient inévitablement à la religion. Je me rappelle que les anciennes personnes disaient qu'un enfant doit être baptisé pour être reconnu comme un enfant de Dieu, s'il meurt avant son baptême, son âme est perdue, etc.

J'ai donc fait une petite recherche et j'ai trouvé ceci, voici ce qui se pratiquait, anciennement, mais il n'y a pas encore longtemps, cette croyance était toujours bien ancrée dans les esprits des gens.

Citation:
L’Ondoiement

En 1654, un évêque prévient les parents qui tardent à baptiser , du risque encouru : « le péril de damnation auquel ils exposent leur propre enfant ».

En général le baptême avait lieu dans les trois jours (a varié 8j, 1 jour…) suivant la naissance en présence du père, de la sage-femme, des parrain(s) et marraine(s)… mais en l’absence de la mère.

La mère se rendait avec le bébé plus tard à l’église pour une messe de relevailles (ou amessement, ou remessiages en principe le 40ème jour, rappelant l’offrande de l’enfant Jésus au temple par sa mère Marie), il y a des variantes selon les régions.

Le curé accueille l’accouchée au seuil de l’église et procède à une bénédiction de purification. Mais ailleurs cela peut se placer à la fin de la messe et la jeune mère s’approche de l’autel pour cette bénédiction. L’assemblée est féminine, les filles-mères pécheresses qui avaient fauté en étaient exclues.

Avant cette cérémonie la femme est réputée impure pour son mari, elle ne peut également accomplir certains actes de la vie courante, les interdits varient : faire le pain ou le trancher, chercher l’eau… On retrouve là de très anciens rites.

A notre époque on ne peut imaginer à quel point la mort d’un enfant mort-né ou décédé avant qu’il soit baptisé, emplissait les gens de frayeur et de chagrin. Si cela arrivait, il n’y avait pas de sacrement, ni d’office à l’église, pas de sépulture chrétienne et l’âme allait dans les limbes. Le baptême marquait l’entrée dans le monde des chrétiens.

Pour toutes ces raisons lors d’une naissance difficile et/ou si le bébé semblait mal en point on recourrait immédiatement à l’ondoiement.

Le baptême est un sacrement et ne peut être donné qu’une fois, mais l’ondoiement permet de sauver la petite âme en la lavant du péché originel, sans accomplir toutes les étapes du baptême.

Le plus important dans ce sacrement étant de verser un peu d’eau sur la tête nue de l’enfant en disant à voix haute « Je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ». Si l’enfant trépassait, il allait au ciel et pouvait être inhumé normalement chrétiennement.

Le plus souvent c’était la matrone/sage-femme qui procédait à l’ondoiement et y avait été formé par le prêtre afin que cela soit fait correctement. Mais toute personne baptisée de l’une des trois grandes religions chrétiennes pouvait officier. Le père et la mère ne devaient le faire que s'il ne se trouvait aucune autre personne capable d’y procéder.

Si le petit survivait, il était alors baptisé. Le curé suppléait à ce qui avait été omis précédemment : l’enfant était nommé, recevait l’onction du Saint Chrême, le sel, le cierge symbole de la lumière et les parrain et marraine prononçaient la profession de foi pour lui. Ils s’engageaient ainsi à aider les parents ou en cas de décès de ceux-ci à veiller à son enseignement chrétien.

S’il existait un doute sur la régularité de l’ondoiement ou pour les enfants abandonnés ou trouvés le prêtre procédait également à nouveau à l’ondoiement, le baptême étant alors dit sous condition …que le premier ait été mal fait.

"La crainte de voir mourir les enfants sans baptême ont conduit les parents à des extrémités étonnantes et touchantes. C’est ce qui a amené la création de « sanctuaires à répit ». Dans ces chapelles on amenait les petits corps et par tous les artifices de la prière et de l’auto-persuasion les familles devinaient un souffle permettant d’ondoyer et de demander une inhumation chrétienne. - Source : l'Ondoiement

"Les enfants qui meurent sans recevoir le baptême ne peuvent aller au ciel. N'ayant pas commis de péchés personnels, ils ne sont pas soumis aux peines sensibles, ils ne brûlent pas dans le purgatoire ou dans l'enfer; mais ils vont dans les limbes. La perspective n'en est pas moins douloureuse et tragique; ils y subissent , en effet, la peine essentielle des damnés, qui est l'éternelle privation de la vue de Dieu." - Source : Fil d'Ariane


Les gens étant très croyants à l'époque, imaginez l'angoisse et la détresse des parents qui non seulement perdaient un enfant, mais voyaient ce dernier refusé au Royaume de Dieu.

Et actuellement, voici ce qui se dit concernant le même drame :

Je vous passe la description des versets Bibliques y faisant référence

Citation:
Jésus a dit de laisser les petits enfants venir à lui, certains disent que cela signifie que nous devrions baptiser des bébés pour qu'ils puissent aller à lui. Mais Jésus n'a pas baptisé les enfants qui sont venus à lui. Ils sont venus en sa présence pour qu'il puisse les toucher et prier pour eux non pas pour qu'il puisse les baptiser. Ils lui étaient déjà agréables, comme ils étaient, sans baptême.Un bébé n'a pas besoin de pardon parce qu'il n'est pas coupable. Il est donc sous sa grâce aussi longtemps qu'il ne comprenne le sens du baptême de repentance.Et il n'est pas responsable du péché d'Adam. Car Jésus l'a racheté à un grand prix par sa mort .Avant d'avoir l'âge de comprendre et d'accepter la responsabilité d'obéir à Dieu. Puisque le baptême est pour la rémission des péchés, alors le bébé n'a pas besoin d'un baptême sans signification pour lui.car il est sans péché et n'a pas à se repentir. - Source : Mes lectures Bibliques


La position actuelle est plus réconfortante pour les fervents croyants que l'ancienne.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages précédents:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  

Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB.biz
phpBB SEO