Nous sommes le Mar Septembre 26, 2017 10:13


Heures au format UTC + 1 heure




Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Ghost Hunters, les traqueurs de fantômes de la lose
MessagePosté: Mer Février 10, 2016 00:11 
En ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Novembre 28, 2005 19:28
Messages: 14034
Ceci est une copie d'un article paru dans Nioutaik, publié avec l'aimable autorisation de Cerberus, son auteur. Merci à lui.

L'article parle des T.A.P.S. mais vous pouvez mettre le nom de votre choix à la place. Cela marchera tout aussi bien.



Ghost Hunters les traqueurs de fantômes de la lose

Image


Les fantômes ça suxx grave. Certes, ils peuvent traverser les murs et se balader dans le vestiaire des filles à volonté mais, comme ils sont immatériels, ils ne peuvent même pas se mas… *tousse* …sser l’arrière du crâne. Résultat, ils sont fort désappointés et passent leur frustration en cassant la vaisselle ou en apparaissant dans les miroirs des armoires de salle de bain lorsqu’on les referme ! C’est moche.

Image
La BD complète sur Le t'chat de Schrödinger, un blog qu’il est beau, qu’il est bon, qu’il sent bon le sable chaud.


Heureusement, même si des milliards de fantômes glandouillent théoriquement sur Terre vu le nombre de décès depuis le début de l’humanité, aucune preuve concluante n’a encore démontré leur existence. Aucune ? Oui, aucune, mais cela n’empêche pas un village d’idiots appelé télévision de résister encore et toujours à l’évidence ! C’est ainsi qu’est née une des émissions les plus stupides de la planète : "Ghost Hunters" (à prononcer en CAPS_LOCK).

Jusque là, la chasse aux fantômes consistait surtout à prendre en photo des reflets de poussière sur l’objectif pour s’extasier des merveilleuses lumières que cela donne, mais les mecs de "Ghost Hunter" sont d’une autre trempe ! Ils ne mangent pas de ce pain-là, oooh non ! Eux, ils utilisent des méthodes scientifiques ma bonne dame ! Bien évidemment, sachant que cette émission est diffusée sur SyFy, leurs méthodes sont aussi crédibles que des cours de danse classique donnés par un tétraplégique coulé dans le béton ou une émission culturelle sur MTV et, comme à chaque fois que l’on envoie de petits glaviots sur la méthode scientifique, cela m’emplit de rage, de désespoir et d’un peu de vieillesse ennemie.


Yep, ils croient aux preuves comme Mengele croyait à l'éthique...


Parce que l’aigreur, comme les tournantes, c’est meilleur à plusieurs, je m’en va décortiquer pour vous cette belle émission afin d’expliquer pourquoi ces enquêteurs du paranormal se débrouillent vraiment comme des branches et sont aussi "scientifiques" qu’Harrison Ford est archéologue. Laitseuh gau !

_______________________________________________________________________________________________________________

Image Ghost Hunters – Les plombiers de l’extrême

Le concept de ce gloubiboulga télévisuel oscillant entre de la télé réalité et un documentaire confession intimesque est simple, on y suit les aventures trépidantes du T.A.P.S. dans leur recherche des vilains Caspers à travers tous les Etats-Unis de l’Amérique des USA.

T.A.P.S. est l’acronyme de "The Atlanta Paranormal Society" si ça avait été une société de pétomane, j’imagine qu’ils auraient eu des problèmes avec la communauté gay, une association formée par deux plombiers dans le but de rechercher l’existence des fantômes. Ouaip, des plombiers. J’imagine que c’était soit ça soit sauver des princesses en tabassant des tortues vu que, dans ce corps de métier, la pose de tuyaux est totalement secondaire.

Image


Le T.A.P.S. est dirigé par Jason Hawes, le héros de l’émission, une sorte de sosie de Vic Mackey au rabais spécialisé dans le "rajoutage de caisses pour se faire mousser". Ainsi, à chaque début d’épisode, il explique d’une voix grave que le but de son association est de "Rechercher, Éduquer et Protéger !" parce que dieu sait que des types qui passent la nuit dans des maisons glauques en se faisant peur tout seuls est un maillon indispensable à la sécurité nationale !

Image


Quant à la partie "Éducation" et "Recherche", en terme d’ironie on est au niveau de ma nièce de 4 ans, spécialiste en dinette, qui expliquerait à un chef étoilé comment faire un chausson aux pommes avec des pantoufles et de la compote, mais comme vous n’avez que ma parole là-dessus, décortiquons un épisode type pour se moquer grassement dans le respect de la personne humaine.

_______________________________________________________________________________________________________________

Image Zi intro from Hell

"Ghost Hunters", comme toute émission basée entièrement sur du vent, démarre avec du gros remplissage en la personne d’une voix-off qui prend 10 minutes à expliquer ce qu’il s’est passé dans les épisodes précédents (rien) suivi de 10 minutes sur ce qu’il va se passer dans l’épisode en cours (toujours rien ) pour les trois du fond avec une mémoire vive de poisson rouge traumatisé crânien !

Image


Ceci fait, c’est générique time et, dès les premières secondes, les fragiles prétentions scientifiques du "T.A.P.S. m’en 5" volent en éclat. Entre deux plans vaguement glauques et trois arrêts sur images prouvant que le monteur n’aime pas certains membres de l’équipe, on découvre ceci :

Image


Sainte crotte !! Des démonologistes dans autre chose que World of Warcraft !! Juste pour votre information les mecs, utiliser des spécialistes d’une discipline paranormale sans fondement scientifique pour prouver scientifiquement l’existence d’un autre phénomène paranormal ça revient à prouver l’existence du Yéti en affirmant que le monstre du Loch Ness l’a vu une fois mais qu’il ne s’en souvient plus très bien parce qu’il était bourré comme un coing. Ça n’a aucun sens, il faut arrêter maintenant ! Bon, sang, deux minutes ne se sont pas écoulées et ça carbure déjà à la pensée circulaire. Ça promet des niveaux d’idiotie épique pour la suite !!

_______________________________________________________________________________________________________________

Image Témoignages

Le générique terminé, le T.A.P.S. débarque en faux mode badass avec leurs vestes repompées sur le FBI dans un endroit hanté lambda. Là, ils interrogent les habitants et/ou personnel des lieux afin de recueillir des témoignages sur les évènements supposés étranges qui s’y seraient produits. Parce que bon, deux trois "il se tenait là, devant moi, je l’ai vu comme je vous vois, il était rose avec une trompe" et autres "je vois des gens qui sont morts", ça fait toujours bien dans le trailer.

Image
Cette image me fait beaucoup de mal :'(


Hélas, c’est à ce moment que la deuxième boulette de cette bolognaise de stupidité tombe dans l’assiette. Pour enquêter sur une maison hantée (ou tout autre phénomène supposé paranormal), interroger des témoins avant même de commencer l’expérience est une fausse bonne idée ! Pourquoi ? Déjà parce que rien ne garanti leur fiabilité. Après tout, face à une caméra de télévision on est toujours un peu tentés de rajouter quelques centimètres au pénis de son anecdote mais, surtout, cela permet d’éviter toute préconception et autre biais de confirmation.

Par exemple, admettons que Jean-Boudboul affirme au cours de son interview "Nan mais j’ai trop croisé le fantôme de Roberto-Mouloud un jour, même que le plancher grince quand il se déplace dans la baraque" hé bien le moindre parquet qui craque deviendra instantanément "on était trop en présence de Roberto-Mouloud tavu" alors que la seule conclusion que l’on peut tirer d’un tel évènement c’est que le carrelage c’est quand même vachement plus discret. Cet effet est d’autant plus dangereux que les mecs qui font l’enquête sont déjà convaincus de l’existence des fantômes. Donc, le meilleur moyen d’éviter ce genre de parasitage mentale est de rester totalement neutre en ne se farcissant pas la tête de scénarios préconçus.

Image


Tiens, d’ailleurs, pendant que je suis sur le sujet, on touche là à une erreur systématique des chasseurs de fantômes. Pourquoi les phénomènes soit disant étranges se produisant dans une baraque seraient forcément dû à des fantômes et pas à Bozo le clown rigolo ou à une invasion des lutins de Bételgeuse ? Après tout, ce n’est pas plus aberrant que les âmes des morts qui passent leur nerf sur le mobilier alors pourquoi exclure ces possibilités d’entrée de jeu ?

Image
Oh… ok.


Parfois, quand le TAPS se sort les doigts, il font même des recherches bibliographiques sur l’histoire des lieux qu’ils visitent. Hélas, comme pour les témoignages, c’est une grossière erreur même qu’elle a insulté la moralité de ma môman la vilaine :’(. Quel est l’intérêt de savoir qu’une baraque a été construite en 1874 ou qu’un type y est mort un 31 février quand ce qu’on étudie sont des bruits chelous ou des portes qui se referment "toute seules" ? Ce qui est important c’est d’étudier le phénomène lui-même, pas de faire des raccourcis inutiles et probablement infondés qui n’expliquent strictement rien. Et puis, qui dit que le soit disant fantôme qui hante les lieux est celui de la jeune orpheline morte dans un incendie en 1687 et pas Joe le travelo mort de gastro en 1864 ? Ça se joue au taux de "tragédie" c’est ça ? C’est d’autant plus stupide que, plus la maison est vieille, plus il y a de chances que quelqu’un y soit mort. Ça n’a strictement rien d’extraordinaire, les vieux qui agonisent se trainent très rarement comme des gitans hors de leur maison juste pour canner la truffe à l’air !

Image


Enfin… si ces préconceptions étaient le seul problème, "Ghost Hunters" serait l’équivalent du prix Nobel du paranormal, malheureusement, le bullshit ne fait que commencer !

_______________________________________________________________________________________________________________

Image There is SHIT in this science

Les interviews terminées, l’équipe met en place son matos supra technique parce que, c’est bien connu, être "scientifique" c’est avant tout utiliser des appareils aux noms imprononçables après 1 gramme comme des "Détecteurs à électromagnétisme", des "enregistreurs d’EVP" ou des "Thermomètres à infrarouge".

Image


Le problème c’est que tout ce joli matériel est complètement inutile car aucun lien entre ce qu’il mesure et les éventuels effets physiques d’un fantôme sur notre monde n’ont été prouvés. Pire, même si, par miracle, ce matos était pertinent, nos joyeux "chasseurs de fantômes" les utilisent n’importent comment et pourrissent donc toutes chances d’en tirer des informations intéressantes. Ça revient à se prétendre médecin simplement parce qu’on utilise une fusée à la place d’un suppositoire, oui, ça impressionne, mais ça ne soigne personne et ça fait un peu mal aux fesses. Mais étudions en détail les appareils fréquemment utilisés au cours de leurs investigations en carton pour bien piger ce qui chie :

Image Les thermomètres infrarouges : Ces appareils sont tout bêtement des télécommandes à température, on les pointe dans une direction et boum, chaleur ! Les braves gens du TAPS les utilisent car ils ont arbitrairement décidé, sans preuve d’aucune sorte, que les gentils Casper absorbent la chaleur autour d’eux et donc, quand ils sont dans une pièce, la température est plus basse à l’endroit ou ils se trouvent.

Bon, admettons que cela soit vrai même si ça sort d’un postérieur, les thermomètres infrarouges ont une toute petite particularité gênante : ils mesurent les températures sur des surfaces et non la température d’un point de l’espace à une distance fixe ! Ce que je veux dire par la c’est que, si on pointe un de ces thermomètre devant soi, il va mesurer la température d’un mur ou de tout autre obstacle qu’il croisera, pas le milieu de la pièce ou je ne sais quoi. Hors, à chaque fois que nos aventuriers de l’inconnu s’en servent, ça donne ça :

Image


BULLSHIT !! Tu mesures la température du mur, le mur ne peut pas avancer vers toi espèce de tourte ! Je sais bien que lire les notices "sa fé mal ô crane" et que tu es BAC-25 mais fais un effort ??!!

Mon coup de cœur reste les moments où ils mesurent la température en visant le toit ou les fenêtres. Ça alors, la température baisse !! Ça doit trop être un fantôme et pas du tout le fait que l’on mesure la température des endroits les moins bien isolés thermiquement de la baraque !!

Image Les enregistreurs audio : Autre grand classique sorti du chapeau, apparemment les fantômes peuvent parler à des fréquences inaudibles par l’oreille humaine, sauf quand ils parlent à des fréquences audibles bien sûr, toutes les preuves sont bonnes à prendre. On appelle cela un EVP (Electronic Voice Phenomena). Du coup, nos investigateurs de la lose se baladent systématiquement avec des enregistreurs audio pour capturer ces voix.

Image


Évidemment, la crédibilité des EVP n’ayant jamais été prouvée, on est une fois de plus dans l’utilisation du paranormal pour prouver le paranormal. Mais ce n’est pas le seul problème, oh non, les enregistreurs ont deux failles majeures, la première est le fait qu’utiliser un seul enregistreur ne permet pas de localiser la source d’un son or, sans connaitre sa source, on ne peut absolument pas déterminer la nature de ce qui le produit. Que l’EVP soit crédible ou pas, faut avouer que si on parvenait à trianguler la source d’un bruit qui sort du néant au beau milieu d’une pièce ça serait intriguant et, pourtant, le T.A.P.S. ne prend jamais la peine d’utiliser plus d’un enregistreur fixe à la fois dans les pièces qu’ils étudient. En même temps, je les comprends, ça aurait été con de tenter un truc pertinent.

Second problème, le phénomène de "pareidolia" qui est, en gros, le même mécanisme que celui qui nous fait voir un visage avec seulement deux points et une parenthèse : notre cerveau a une capacité naturelle à interpréter des bruits aléatoires pour former des sons ou des mots que nous connaissons. C’est d’ailleurs à cause de ça que mon cerveau malade me persuade que Rihanna chante Français dans sa chanson Umbrella. Oui, il n’y a probablement que moi qui entend ça et j’ai une vie aussi palpitante qu’un tracé plat mais je vous pouet.

Du coup, tout ce que ces enregistreurs prouvent c’est que du bruits blanc de source indéterminée devient une voix grâce au pouvoir du "j’y crois donc c’est vrai", très utile dans la chasse aux fantômes, merci les gars !

En bonus, au cours d’un épisode, les membres de l’équipe décident d’initier la seule femme du groupe aux arcanes des enregistreurs audio, probablement pour qu’elle leur file un coup de main entre deux sandwich. Cela donne en gros ça :

Image


Image Les capteurs électromagnétiques : Les fantômes, en plus de murmurer et faire cailler les miches, produiraient un champs électromagnétique. Cela expliquerait que, soit disant, leur présence nous fasse ressentir des frissons ou dresser nos cheveux sur la tête. Le TAPS tente donc de mesurer les variations du champs électromagnétique pour déterminer une présence spectrale.

Sortage du chapeau mis à part, toussa toussa, ils utilisent une fois de plus leur matos comme des manchots avec deux pattes gauches pétées. Les capteurs de champs électromagnétique du commerce sont calibrés pour détecter du courant alternatif à la fréquence du réseau électrique standard histoire de pouvoir détecter les interférences de tous les appareils de fabrication humaine de la terre. Et oui, cela inclus les caméras qui filment toutes vos aventures de chasseurs de fantômes et qui parasitent donc toutes vos mesures bande de buses !! En plus, si on suit leur "logique", les fantômes, comme les humains, devraient produire un champs électrique en courant continu à des fréquences très différentes de celles du réseau électrique mondial, donc comment voulez vous qu’ils captent quelque chose avec des capteurs en courant alternatif ayant une plage de mesure inadaptée ?? C’est aussi idiot que de chasser l’homme invisible avec le Télescope Hubble !

Image


D’ailleurs, vous pouvez essayer chez vous, en suivant la logique du TAPS, la chasse aux fantômes devient instantanément super facile. Tenez, moi par exemple j’ai décidé d’utiliser un odoromètre pour les détecter parce que, c’est connu, les morts ça fouette sévère donc les fantômes ça doit être pareil !!! Résultat, j’ai mis la main sur un cimetière indien au grand complet dans ma fosse septique, la classe !

Image


_______________________________________________________________________________________________________________

Image Syndrom of lockdown

Une fois le matos en place et après avoir engueulé Brian, le bouc émissaire de l’équipe qui apparemment chasse des fantômes quand il n’est pas dans la cuisine faut bien gagner quelques minutes de remplissage inutile, le cœur de l’enquête démarre : Le lockdown !

Image


Le lockdown, en traduction "j’melapète" -> français, consiste simplement à fermer tous les accès du lieu hanté étudié et d’éteindre les lumières afin d’y passer plusieurs heures en isolement. Cela permet, en théorie, d’éviter tout parasitage extérieur (les caméraman n’en sont apparemment pas) pendant que l’équipe effectue ses mesures (aka : agite bêtement des appareils useless) et explore l’endroit en croisant les doigts pour qu’un truc chelou se produise. Bien évidemment, quelle surprise, comme tout ce que fait le T.A.P.S., c’est du gros n’importe quoi qui sent des bras et ce, pour deux raisons principales :

Image Raison 1 : Les lockdowns se déroulent la nuit, dans l’obscurité quasi complète vu que ces petits malins coupent les lumières ! Pourquoi ?? On n’est pas dans Ghostbusters, rien ne prouve qu’un fantôme est forcément phosphorescent ou avec un néon dans le fion alors quel est l’intérêt ? Aucun enquêteur ou chercheur au monde ne travaille dans le noir à l’exception d’Horacio Caine qui garde ses lunettes de soleil en toutes circonstances mais bon, lui, c’est normal, quand il les enlève ça déclenche le générique à cause d’un phénomène physique très simple appelé couramment "on voit kedalle dans le noir !". C’est d’autant plus mongolo que les fameux témoignages en début d’épisode parlent très souvent d’"ombres furtives" et autres "silhouettes obscures entr'aperçues au détour d’un couloir" et malheureusement, une ombre dans la nuit c’est comme du vomi à l’Oktoberfest, certes il y en a plein mais on a tendance à ne pas les distinguer ! Et puis, pourquoi enquêter systématiquement de nuit ? Qu’est ce qui prouve que les fantômes n’existent pas de jour ? Quand le soleil se lève, ils vont se pieuter ? Surtout que, si on suit la logique des chasseurs de l’inutile jusqu’au bout, vu qu’ils tirent leur "énergie" de l’environnement et notamment de la chaleur, le soleil devrait les renforcer comme Superman !! Enfin, j’imagine qu’il faut bien réaliser des images qui font peur et comme la vision de nuit rend tout plus glauque, c’est banco !

Image


Image Raison 2 : Les lockdowns ne durent qu’une seule soirée, le T.A.P.S. ne revient quasiment jamais deux fois au même endroit. Vous allez me dire, on s’en fout, dès l’instant ou ils filment des trucs chelous c’est gagné. Faux ! Toute expérience scientifique "crédible" (ils affirment utiliser des méthodes scientifiques je vous le rappelle) a besoin d’un "groupe témoin", un élément de référence auquel comparer ses résultats.

Dans le cas d’une maison hantée, ce "groupe témoin" est tout simplement l’état "normal" de la baraque, lorsqu’il ne s’y passe pas de soit disant phénomènes paranormaux. Le souci c’est que, pour définir ce qui est considéré comme normal, il faut passer plusieurs jours, voire se