Nous sommes le Sam Octobre 20, 2018 08:08


Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 233 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 4, 5, 6, 7, 8
Auteur Message
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Dim Juillet 31, 2016 21:12 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu Juillet 21, 2005 16:22
Messages: 1312
La guerre de religion entre catholiques et protestants s'est arrêté vers 1968.
Mon père me racontait que son patron de l'époque, grand catholique, refusait d'aller acheter chez le plus gros quincailler parce qu'il était protestant.
Moi ce que j'ai vu c'est que ca a fait des clans dans les Cévennes. Un catholique peut être ami avec un protestant, il fait parti de son clan mais ne parle pas aux autres catholiques (généralement d'anciens scouts ou FEEUF- éclaireur) et inversement.
On a un groupe, il est fermé.
Mais dans le cadre de la bête du Gévaudan c'est différent, tous les villageois ont fait des battues donc le protestant comme le catholique. Donc je ne pense pas que ce soit religieux parce que sinon il y a 2 solutions à l'énigme : C'est un protestant qui tue des catholiques ou c'est un chien envoyé par le diable et comme les protestants n'étaient pas versés dans l'ésotérisme, ils n'ont pas été attaqués.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Lun Août 01, 2016 08:21 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mars 26, 2011 11:54
Messages: 201
Citation:
tous les villageois ont fait des battues donc le protestant comme le catholique.
Les paroissiens étaient surtout forcés de participer aux battues par les autorités, y compris le dimanche et les jours de récolte, le ventre vide, qu'il pleuve ou qu'il neige, sous peine de sévères punitions...

Il est à noter qu'une battue très importante a lamentablement échouée car certains habitants du Malzieu - cette « folle cité » qui gardait des liens avec les huguenots - n'étaient pas à leurs postes sur les rives de la Truyère lorsque la Bête y a été poussée...ils avaient tout bonnement décidé de rester chez eux !

Étrangement ce sont encore des habitants du Malzieu qui ont déplacés le corps d'une malheureuse victime décapitée le 9/02/1765 avant que les dragons ne puissent examiner la "scène du crime" (ce qui était évidemment totalement interdit). Lorsque le capitaine Duhamel et le comte de Morangiès sont arrivés sur place, les gueux étaient en train de remettre la tête sur les épaules du cadavre... :?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Mar Octobre 11, 2016 12:25 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mars 26, 2011 11:54
Messages: 201
Gabriel31 a écrit:
J'ai pas le temps de tout regarder car les vacances sont presque là mais la discussion est loin d'être finie Arkayn et Maia87 ;o)
Alors, Gabriel ? J’attends depuis Juillet ;)

Deux nouveautés sur la Bête depuis cet été :

Le roman Dans la peau de la Bête ! De Marc Saint-Val.
Fondé sur des recherches minutieuses, cet ouvrage est en mesure d'apporter la preuve que ces animaux n'étaient ni des loups, comme on l'a trop souvent prétendu, ni des hyènes ou grands fauves exotiques, ni des hybrides issus de croisements d'espèces de quelque nature que ce soit. (on peut le trouver sur un célèbre site commercial)

Une plaquette PDF à télécharger Antoine Chastel et la Bête du Gévaudan : Fiction ou réalité ?
http://myreader.toile-libre.org/uploads/My_57b9aefd89a7b.pdf


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Mer Octobre 11, 2017 13:27 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mars 26, 2011 11:54
Messages: 201
Nouvelle thèse sur la Bête qui fait débat.

L'essayiste Pierric Guittaut est convaincu que la Bête possédait des gênes de Canis dirus, un canidé préhistorique américain...

Selon lui, la morphologie et le comportement du "super-loup" Canis Dirus - éteint il y a 10 000 ans - se retrouverait dans les gênes de certains loups gris. Ces individus auraient traversés le détroit de Béring par le passé, et se seraient répandu en Eurasie, où ils attaquaient l'Homme. Toutes les mystérieuses « Bêtes » de l'Histoire de France seraient ces super-loups de la préhistoire, parfois hybridés avec des loups gris, naturellement agressifs...

Rien ne vient confirmer cette hypothèse sur le plan de la génétique comme zoologique. On innocente le loup pour mieux accuser...le loup. :roll:

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Mer Octobre 11, 2017 14:01 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Novembre 28, 2005 19:28
Messages: 14512
:roll:

Attendons qu'il prouve que les gênes du Canis Dirus sont toujours présents.

_________________
La folie des uns est la sagesse des autres.
La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, certains brillent en société... jusqu'à ce qu'ils l'ouvrent.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Mer Octobre 11, 2017 16:21 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu Juillet 21, 2005 16:22
Messages: 1312
J'ai vu un reportage et il pense plutôt que certains loups seraient né "dégénérés" récupérant les caractéristiques de l’ancêtre.
Si je me souviens bien, il prend pour exemple un animal empaillé dans un musée suisse.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Mer Octobre 11, 2017 19:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mars 26, 2011 11:54
Messages: 201
alekine a écrit:
J'ai vu un reportage et il pense plutôt que certains loups seraient né "dégénérés" récupérant les caractéristiques de l’ancêtre.
Si je me souviens bien, il prend pour exemple un animal empaillé dans un musée suisse.

Oui, le « Loup d'Eischoll » tué en 1947 après avoir dévoré des brebis. Guittaut soutient mordicus que cette bête était « un loup porteur de séquences génétiques spécifiques responsables de ce phénotype [celui de "Canis dirus] héritées par hybridation. »

Ce n'est pas du tout l'avis du taxidermiste chargé de la naturalisation de l'animal, ni celui du biologiste et éthologue Jean-Marc Landry.

Une thèse hasardeuse de plus...

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Lun Juillet 09, 2018 12:24 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mars 26, 2011 11:54
Messages: 201
Retour sur les travaux de l'auteur André Aubazac.

Ce passionné a découvert un transit Est-Ouest à travers la Margeride par des soldats démobilisés et traumatisés par la guerre de Sept ans en 1763. Tous les points de passage connaissaient des désordres, bagarres et crimes, à un point tel que les autorités avaient baissé les bras.

Les morts sur cet itinéraire correspondent à celles la première période de l'histoire de la « Bête », quand celle-ci apparaît du côté du Dauphiné en 1763 puis en Gévaudan, à Langogne, en 1764. Les victimes sont de jeunes enfants retrouvés décapités ou partiellement mutilés. Le loup sera le parfait bouc émissaire, et le célèbre mandement de l’Évêque de Mende sera le départ d'une psychose collective.

En automne 1765, quand François Antoine et toute sa clique repart à Versailles avec un gros loup empaillé, les attaques s'arrêtent. Puis elles repartent timidement en hiver. On constate alors un changement radical dans le mode opératoire des meurtres : la « Bête » fixe son territoire au nord, dans l'actuelle Haute-Loire, et se fait plus rare. Le périmètre des attaques est circulaire, à portée du petit village de La Besseyre-Saint-Mary.

Aubazac a découvert un lien de parenté chez toutes les victimes de ce deuxième épisode du drame (de 1766 à 1767) : cousins, petits-cousins, neveux, nièces, tantes, oncles...Tous sont liés à une même famille, celle des Chastel, déjà suspectée à l'époque de faire des « mauvais coups » !

C'est justement un dénommé Jean Chastel, de La Besseyre-Saint-Mary, qui rétablit le calme définitif en tuant un grand chien-loup près du village d'Auvers. Son intervention se situe juste après la mort suspecte de l'un de ses neveux dans les bois de Combettes-de-Raton, commune de Châteauneuf. Autre fait troublant, le propre frère de Jean Chastel, un dénommé Jean-Pierre, a été mêlé à une affaire de meurtre familial et n'a même pas dédaigné paraître au procès (les archives départementale en gardent la trace).

De là à penser que les Chastel ont organisé une vendetta familiale sanglante sur le dos d'une « Bête » après sa mort « officielle », il n'y a qu'un pas...Voilà qui pourrait expliquer les périodes bien distinctes où la Bête s'arrête subitement de tuer pendant plusieurs jours, ou plusieurs semaines, avant de s'en prendre à des familles ciblées.

Une autre façon de voir l'Histoire...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Lun Juillet 09, 2018 13:05 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Novembre 28, 2005 19:28
Messages: 14512
Vraiment une autre façon de voir, très tirée par les cheveux.

Il est quand même établi, que, quel que soit la période, il ne pouvait s'agir d'être humain dans nombre de crimes. La Bête a été vue, a été combattue. Tous sont formels.Il s'agissait d'un canidé, ressemblant à un loup sans en être vraiment un.

Qu'il y ait eu un être humain pour parfois l'accompagner fait partie des quasi certitudes. Un animal ne peut pas décapiter une personne ou déboutonner une robe.

Mais une troupe de soldats aurait forcément été vue.

Quand aux Chastel... dans ces campagnes, tout le monde était plus ou moins en famille. Je serais curieux de voir la généalogie établie par André Aubazac sur les deux périodes.

_________________
La folie des uns est la sagesse des autres.
La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, certains brillent en société... jusqu'à ce qu'ils l'ouvrent.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Mar Juillet 10, 2018 09:14 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mars 26, 2011 11:54
Messages: 201
La théorie de la vendetta sangante se tient, du moins pendant la période 1766 à 1767 qui est la plus intriguante. La Bête se limite à une poignée de villages dans la Haute-Loire, où vivent les familles en lien avec les Chastel comme les Bergougnoux, Pascal, etc.

Les Chastel avaient également des parents à divers degrés avec la puissante noblesse locale...dont les Morangiès et les seigneurs d'Allemances (propriétaires du château du Besset où s'est installé le porte-arquebuse François Antoine)...La généalogie ne ment pas.

Voilà qui explique comment un vieux paysan comme Jean Chastel était lettré et savait signer, et comment il a pu être en possesion d'un magnifique fusil à double canon racheté par l'abbé Pourcher. Cela pourrait aussi expliquer le court séjour en prison des Chastel après avoir envoyé les gardes d'Antoine dans une fondrière.

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Mar Juillet 17, 2018 20:05 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mars 26, 2011 11:54
Messages: 201
Henri d'Orléans, comte de Paris et prétendant actuel au trône de France, a sa propre idée sur cette affaire :

« La trop célèbre Bête du Gévaudan relate l'histoire d'un homme qui apparaissait sous les traits d'un géant vêtu d'une peau de loup et accompagné d'un molosse recouvert de peaux de sangliers. Cet homme aurait été instruit par quelque succédané de la secte des Albigeois, les "Parfaits". Cette secte haïssait la femme, son ventre et son fruit. Le monstre éventrait donc les femmes et tuait les jeunes filles, mais ne s'en prenait pas aux moutons du troupeau ». ("La royauté de l'homme", Presses du Châtelet, 2016).

Il est vrai que les Albigeois étaient répandus en Languedoc et en Provence. Le comte de Morangiès lui-même provenait d'une branche seigneuriale des terres cathares. Une piste de plus à creuser, pour qui veut bien se mettre à l'ouvrage... :wink:

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Mar Juillet 17, 2018 20:17 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu Juillet 21, 2005 16:22
Messages: 1312
Il faut remettre l'époque en place, on sort des guerres protestantes, les parfaits cela fait 600 ans qu'on n'en a plus entendu parler. Il y a des assemblées du désert et des dragons qui font encore des conversions forcées.
De plus les cevennes ne sont pas terres cathares même si la mentalité est proche.
Donc je n'y crois pas.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Mer Juillet 18, 2018 01:47 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Novembre 28, 2005 19:28
Messages: 14512
En réalité, il est admis que c'était les enfants et les femmes qui gardaient les troupeaux et donc étaient des proies toutes désignées pour la Bête. Statistiquement, ce sont les victimes les plus nombreuses. Mais on l'a vue s'attaquer aussi à des hommes.

D'ailleurs, l'hiver, les crimes étaient moins nombreux puisque les troupeaux restaient dans les étables.

Quand à la thèse de la vendetta, elle ne tient pas nom plus. A force de la pourchasser, la Bête a finit dans un territoire réduit, autour de La Besseyre-Saint-Mary, surtout composé de bois touffus et de monts où elle est pratiquement à l'abri des battues. Territoire réduit dit, à cette époque, que les familles qui y vivaient étaient plus ou moins en cousinage. Non, on ne faisait pas 300 kilomètres pour trouver une promise. On se mariait dans le même village ou dans un village proche.

_________________
La folie des uns est la sagesse des autres.
La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, certains brillent en société... jusqu'à ce qu'ils l'ouvrent.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Mer Juillet 18, 2018 08:48 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mars 26, 2011 11:54
Messages: 201
Oui la Bête s'en prenait aux gueux, aux bougres, aux "sans-dents". Mais on compte aussi une victime de la "petite noblesse" : Rose de la Tallière, âgée de 12 ans, de la seigneurie du Chambon (Haute-Loire).

Une mort qui sonne comme un vengeance car elle était la nièce de Monsieur du Verny de la Védrines, un gentilhomme qui a blessé la Bête d'un coup de fusil alors qu'elle traversait sa propriété à Nozeyrolles.

Monsieur De la Védrines a déclaré avoir croisé les Chastel en forêt le lendemain, et qu'ils avaient remarqué que la Bête boitait sérieusement...Mais, interrogés par l'Intendant de justice, ces mêmes Chastel ont prétendu que ce rapport était faux, qu'ils n'étaient pas sortis ce jour-là, et qu'ils n'avaient jamais vu la Bête...

De la Védrines apprendra plus tard la disparition de sa propre nièce, égorgée sur le pas de sa porte. La fillette décédera en un quart d’heure d'une hémorragie. C'est la seule et unique fois où la Bête s'en prendra à la noblesse Gévaudanaise.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Mer Juillet 18, 2018 12:18 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Novembre 28, 2005 19:28
Messages: 14512
L'attaque sur Rose de La Tallière a eu lieu le 29 avril 1767, à Nozeyrolles, soit deux mois avant le tir libérateur de Jean Chastel.

Statistiquement, la noblesse représente une poignée de personnes. Il est donc logique qu'elle soit moins exposée, et plus abritée du fait de son habitat. Mais depuis des semaines, la Bête se tient dans un cercle de 7 kilomètres de rayon, englobant une dizaine de paroisses des Trois Monts dont La Beyssere-St-Mary, Auvers, Paulhac, Servières. Territoire réduit donc moins de choix pour la Bête. Une jeune noble devient une proie comme les autres si elle n'est pas à l'abri des murs du château.

De mémoire, d'autres nobles ont été agressés ou ont croisé le chemin de la Bête. Mais ils ne sont pas cités en temps que nobles, mais comme des cavaliers. Bien sûr, tous les cavaliers ne devaient pas être nobles, mais il est très probable qu'il y en eu parmi eux. Le paysans allaient à pied. Seuls les riches avaient des chevaux.

_________________
La folie des uns est la sagesse des autres.
La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, certains brillent en société... jusqu'à ce qu'ils l'ouvrent.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Mer Juillet 18, 2018 16:12 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mars 26, 2011 11:54
Messages: 201
Citation:
L'attaque sur Rose de La Tallière a eu lieu le 29 avril 1767, à Nozeyrolles, soit deux mois avant le tir libérateur de Jean Chastel.
Je n'ai jamais accusé Jean Chastel d'avoir fait le coup.
Il y avait 2 familles Chastel bien distinctes à l'époque, dans cette partie nord du Gévaudan. Le patriarche de l'une de ces 2 familles était un meurtrier en cavale, condamné par contumace pour avoir tué son propre neveu le 26 mai 1745.

« Nous déclarons ledit Pierre Chastel dûment convaincu d'avoir tué et assassiné Joseph Pascal, pour réparation de quoi nous le condamnons à être pendu et étranglé jusqu'à ce que la mort s'ensuive, à une potence qui sera plantée à cet effet devant le portail du château du Besset. »

La sentence pour ce meurtre ne fut jamais exécutée pour une raison encore inconnue. Après des années de cavale, le meurtrier est rentré à la Besseyre-Saint-Mary comme si de rien n'était.

Citation:
De mémoire, d'autres nobles ont été agressés ou ont croisé le chemin de la Bête. Mais ils ne sont pas cités en temps que nobles, mais comme des cavaliers.
 « Cavaliers »...Comme ce fameux « cavalier » qui a accompagné la Bête à cheval le long d'une route, en la guidant avec un bâton...Jusqu'à ce que les deux comparses arrivent à une ferme, et que la Bête saute dans le jardin pour attaquer une fillette de 11 ans.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Mer Juillet 18, 2018 19:38 
Hors ligne

Inscription: Dim Septembre 08, 2013 10:59
Messages: 81
L'hypothèse selon laquelle Jean Chastel serait responsable des meurtres ne serait pas vraisemblable ? Je m'étais arrêtée sur cette hypothèse, qu'il aurait dressé un hybride chien/loup à attaquer. Adolescente, j'aimais beaucoup le mythe de la bête, et maintenant, avec quelques années de plus, je pense plutôt qu'il y avait la main de l'homme derrière elle. C'est ça aussi qui est sympathique... toutes ces possibilités (même si l'histoire reste tragique). Un peu comme pour Jack l'Eventreur, j'ai vu un reportage qui prétendait que c'était sûrement un boucher juif, avec effectivement quelques faisceaux d'indices pas trop tirés par les cheveux. Les années passent, les mystères fascinent toujours. :D


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Mer Juillet 18, 2018 21:58 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Novembre 28, 2005 19:28
Messages: 14512
Si un Chastel était responsable de quelque chose, ce serait plutôt Antoine, l'un des fils de Jean. Hirsute, un peu garde chasse, un peu ermite, il a plusieurs fois côtoyé le chemin de la Bête.

Un jour, il a essayé de persuader plusieurs femmes de traverser un bois pour aller plus vite. Heureusement pour elles, elles ne l'ont pas fait. La Bête rodait justement dans ce bois. Hasard ou autre chose ?
Maia87 a écrit:
« Cavaliers »...Comme ce fameux « cavalier » qui a accompagné la Bête à cheval le long d'une route, en la guidant avec un bâton...Jusqu'à ce que les deux comparses arrivent à une ferme, et que la Bête saute dans le jardin pour attaquer une fillette de 11 ans.
Je ne pensais pas à lui, mais oui. 28 janvier 1765, à Lastic. A coups de gourdins, le cavalier parvient à lui faire lâcher prise à trois reprises. L'arrivée des villageois à cet instant met la Bête en fuite.

Je ne le vois donc pas comme un complice de la Bête, mais comme un naïf qui a cru la contrôler.

Je pensais plutôt à des témoignages comme ceux-là :
- 16 avril 1765. La Bête attaque un homme à cheval et le désarçonne. Le cavalier parviendra à se défendre contre l'animal avec un gros bâton ferré. Ne parvenant pas à le mordre, la Bête se retire lentement, en montrant les dents.

- 1er mai 1765. Vers 18 heures, dans les pâturages du Marlet, l'aîné des frères La Chaumette aperçoit la Bête se diriger vers un vacher de 15 ans qui garde le troupeau. Il s'arme aussitôt avec son frère aîné pendant que le troisième frère, prêtre, se dirige vers la Bête pour la rabattre. Mais l'animal s'éloigne dans la direction opposée avant que les La Chaumette soient en position. Heureusement, des paysans lui coupent la route. L'un des frères la tire alors à 67 pas. La Bête tombe et roule deux ou trois fois mais se relève. Un deuxième coup de feu la projette contre un rocher. Une fois encore, l'animal se relève et s'enfuit. Les frères La Chaumette, parmi les chasseurs les plus réputés de la région, la poursuivent en vain jusqu'à 21 heures. Mais, enfin, la Bête est blessée (au côté droit du cou, déclarent deux paysans qui la voient passer). Elle laisse de nombreuses traces de sang.

- 10 juillet 1765. Près du hameau de La Besse, la Bête se jette sur deux Clarisses, des religieuses mais des laboureurs la mettent en fuite.
Là, j'interpole un peu mais ces braves nonnes étaient souvent des nobles qu'on ne pouvait se marier faute de dote et qui finissaient au couvent. Certaines y entraient quand même de leur plein gré.

- 20 mars 1766. Antony de Salsettes est attaqué près de Julianges par la Bête alors qu'il est en selle. Il devra son salut à Jean-Pierre Pourcher, aïeul de l'abbé Pourcher, 1er historien de la Bête.

- avril 1767. Quatre femmes étrangères au pays, dont deux sur le même cheval, marchent près de Servilange lorsqu'elles sont accostées par un homme hirsute, crasseux, aux cheveux très longs, tenant un fusil couvert de rouille et la main toute velue et qui leur annonce qu'il va tuer la Bête. Il les retrouve plus tard à Pompeyrin pour leur recommander un raccourci par les bois de Favard. Effrayées, les femmes pressent le pas pour s'éloigner de cet homme. Plus tard, des villageois viennent leur recommander la prudence. La Bête rôde dans les bois du Favard. Les gens du pays supposent que l'homme doit être Antoine Chastel.

_________________
La folie des uns est la sagesse des autres.
La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, certains brillent en société... jusqu'à ce qu'ils l'ouvrent.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Jeu Juillet 19, 2018 08:29 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mars 26, 2011 11:54
Messages: 201
Khaleesi a écrit:
L'hypothèse selon laquelle Jean Chastel serait responsable des meurtres ne serait pas vraisemblable ? Je m'étais arrêtée sur cette hypothèse, qu'il aurait dressé un hybride chien/loup à attaquer. Adolescente, j'aimais beaucoup le mythe de la bête, et maintenant, avec quelques années de plus, je pense plutôt qu'il y avait la main de l'homme derrière elle.
Salut Khaleesi,
Le cas Chastel est bien plus compliqué qu'il n'y paraît.

Il faut savoir qu'à l'époque de la Bête il y avait DEUX familles Chastel dans le même village (la Besseyre-Saint-Mary) :

- La famille de Jean Chastel (1708-1790) qui vivait avec sa femme et leurs 9 enfants : Jeanne, Agnès, Pierre, Agnès, Claude, Jeanne-Marie, Jean-Antoine, Catherine et Jean-François.

- La famille de Pierre Chastel (1714-1779), le frère de Jean, qui a eu 9 enfants nés de deux mariages : Jeanne, Jean-Antoine, Elisabeth, Pierre, Jean-Antoine, Jeanne, Marie-Anne, Jean-Pierre et Agnès Chastel.

Le frère de Jean Chastel est le seul membre de cette grande famille a apparaître dans les archives judiciaires : à l'âge de 31 ans, il a été jugé coupable d'homicide volontaire après avoir assassiné le neveu de sa première épouse. Condamné à mort, il s'est enfui du Gévaudan avant de revenir 20 ans plus tard, inexplicablement pardonné.

Les historiens et les romanciers retiennent facilement le nom de "Jean Chastel" dans l'affaire de la Bête, mais ont tendance à oublier son meurtrier de frère.
Arkayn a écrit:
Si un Chastel était responsable de quelque chose, ce serait plutôt Antoine, l'un des fils de Jean. Hirsute, un peu garde chasse, un peu ermite, il a plusieurs fois côtoyé le chemin de la Bête.

Cette description d'Antoine Chastel est celle d'un personnage de roman écrit dans les années 1930, voir les pages précédentes de ce topic...

Antoine Chastel, le fils de Jean, n'avait que 19 ans à l'époque de la Bête, et exploitait des terres agricoles. Il s'est marié en 1778 et a eu 9 enfants.

Mais il avait deux cousins qui se prénommaient aussi Antoine, respectivement nés en 1736 et 1743...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Ven Juillet 20, 2018 19:50 
Hors ligne

Inscription: Dim Septembre 08, 2013 10:59
Messages: 81
Merci beaucoup Arkayn et Maia pour vos précisions, cela est beaucoup plus clair maintenant. Je vais essayer de trouver un peu de lecture pour les vacances sur le sujet pour me rafraîchir un peu.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Sam Juillet 21, 2018 18:34 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mars 26, 2011 11:54
Messages: 201
Khaleesi a écrit:
Je vais essayer de trouver un peu de lecture pour les vacances sur le sujet pour me rafraîchir un peu.

Je te recommande :

"La bête du Gévaudan : Le loup réhabilité" de Hervé Boyac (Editions De Borée, 2013)
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Dim Juillet 22, 2018 10:52 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Novembre 28, 2005 19:28
Messages: 14512
Il faut bien prendre la version 2013. C'est une réédition revue et augmentée de "La bête du Gévaudan : le loup acquitté enfin", de 2007. Mais les deux titres sont trouvables pour la version 2007, de mémoire.

Très intéressant aussi,
"La bête du Gévaudan, l'innocence des loups" de Michel Louis (perrin 2001)
Image

_________________
La folie des uns est la sagesse des autres.
La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, certains brillent en société... jusqu'à ce qu'ils l'ouvrent.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Bête du Gévaudan : Démystification
MessagePosté: Dim Juillet 22, 2018 13:22 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mars 26, 2011 11:54
Messages: 201
Arkayn a écrit:
Très intéressant aussi, "La bête du Gévaudan, l'innocence des loups" de Michel Louis (perrin 2001)
Mouais. Le livre de Michel Louis est malheureusement dépassé. Les erreurs historiques grossières n'ont pas été corrigées depuis 1992.

Le porte-arquebuse du Roi ne s'appelait pas "de Beauterne". Le chasseur normand ne s'appelait pas "Martin Denneval" mais Jean-Charles Marc Antoine Vaumesle d’Enneval. Quand à Antoine Chastel, il n'avait que 19 ans et n'a jamais été sadique sexuel ou prisonnier des barbaresques en Afrique.

Le comte Morangiès n'était pas non plus gouverneur de l'île de Minorque. Malade de la tuberculose avec des toux sanguinolentes, il se rendait régulièrement en cure thermale à Bagnols-les-Bains. Pendant l'affaire de la Bête, il dirige quelques chasses avant de monter à Paris dans son hôtel particulier, ce qui laisse peu de place à une quelconque crime organisé. Ses ennuis financiers ne prouvent absolument pas un comportement de pervers.

Mon avis personnel est que Michel Louis approche la vérité de près concernant la "Bête" (un chien-loup), mais qu'il accuse les mauvaises personnes.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages précédents:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 233 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 4, 5, 6, 7, 8

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  

Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB.biz
phpBB SEO