Nous sommes le Lun Septembre 25, 2017 17:52


Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 37 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Théorie des bulles spatio-temporelles
MessagePosté: Lun Janvier 31, 2011 00:18 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Janvier 09, 2011 15:01
Messages: 769
Bonjour,

j'avais décrit sur un sujet précédent un moyen d'augmenter artificiellement la vitesse de la lumière autour d'un vaisseau afin de rendre possible les voyages intersidéraux. Et, dans ce cadre, je vous avais annoncé que je vous parlerai de la Théorie des bulles spatio-temporelles. C'est ce que je vais faire dans ce sujet et j'espère que vous comprendrez la logique du raisonnement.

pour commencer, En 1905, en partant de l'hypothèse que la vitesse de la lumière était une vitesse limite que l'on ne peut dépasser, Albert Einstein démontrait l'existence d'un coefficient spatio-temporel
lié à la vitesse X(v).

Fichier(s) joint(s):
coefficient spatiotemporel Xv.PNG

Quel est le sens phyisque du coefficient spatiotemporel X(v).

1° : t(o) = X(v).t(v)
plus la vitesse d'une fusée est proche de celle de la lumière et plus le temps à bord de la fusée t(v) s'écoule lentement par rapport à l'écoulement du temps pour un observateur t(o) supposé fixe (sa vitesse est nulle) dans une station spatiale.

2° : l(o)=X(v).l(v)
plus la vitesse d'une fusée est proche de celle de la lumière, et plus sa longueur l(v) est petite par rapport à celle qu'elle aurait l(o) si elle était arrimée avec la station spatiale.

3° : E(v)= X(v).mc²
plus la vitesse de la fusée est proche de celle de la lumière et plus son énergie interne est grande.
si la vitesse est nulle, X(v) = 1 et E(v) = E(o) = Mc² ; E(o) est l'énergie de masse que tout le monde connait.

Quand la vitesse est proche de 0 l'énergie de la fusée E(v) est à peu près égale à : E(v) = E(o) + (1/2).mv² c'est à dire que l'énergie interne e(v) est à peu près égale à l'énergie de masse E(o) additionnée à l'énergie cinétique Ec = (1/2).mv²
telle qu'elle est décrite par la théorie de la gravitation de Newton, théorie qui est sensée être remplacée par la théorie de la relativité générale d'Albert Einstein.


la Théorie des bulles spatiotemporelles est partie de l'idée que si nous pouvions faire varier la vitesse de la lumière artificiellement, celle ci devait également varier naturellement. Si on se pose la question de ce qui pourrait faire varier la vitesse de la lumière dans la nature, on pense assez rapidement à la force de gravitation. C'est pour cela que j'ai
commencé à explorer cette idée sans grande convicition car je savais que j'allais me frotter à la théorie de la Relativité Générale d'Albert Einstein. Cependant, les résultats ont largement dépassé mes espérances.

je savais que la théorie de la gravitation prévoyais l'existence d'un coefficient spatiotemporelle liée au champ de gravitation X(g). quel est le sens de X(g)

1°) : t(o) = X(g).t(z)
plus l'intensité du champ de gravitation est élevée et plus le temps à bord d'une fusée qui y est plongée t(z) s'écoule lentement par rapport à un observateur.

2°) : l(o) = X(g).l(z)
plus l'intensité du champ de gravitation est élevée et plus la longueur de la fusée qui y est plongée l(z) est petite par rapport à celle qu'elle aurait l(o) si elle était arrimée à une station spatiale qui serait dans un environnement de microgravité où l'intensité du champ de gravitation est pratiquement nulle).

comment déterminer X(g) ? pour répondre à cette question, nous devons trouver le lien qui unit le coefficient spatiotemporel X(v) au champ de gravitation; et ce lien, c'est la vitesse de libération : c'est la vitesse minimale que doit avoir un projectile pour s'extirper du champ de gravitation d'une planète par exemple (l'astre attracteur).
Vous comprendrez facilement avec l'exemple suivant:

Un archer situé à la surface de la Terre (astre attracteur) tire verticalement une flèche qui part à la vitesse initiale v.
si la vitesse initiale de la flèche est inférieure à la vitesse de libération: elle attiendra une altitude maximale avant de retomber sur Terre à la vitesse v.
si la vitesse initiale de la flèche est égale à la vitesse de libération: elle s'éloignera indéfiniement de la Terre avec une vitesse
de plus en plus faible. si la vitesse initiale de la flèche est supérieure à la vitesse de libération : elle s'éloignera indéfiniement de la Terre
et sa vitesse tendra à se stabiliser à une vitesse résiduelle.

Par conséquent en appliquant le coeffcicient spatiotemporel lié à la vitesse X(v) à l'énergie pour déterminer la vitesse de
libération d'une flèche de masse m pour un champ de gravitation engendrée par une planète (en l'occurence la Terre) isolée, au
centre d'un univers de dimension infinie (c'est un modèle dit de champ de gravitation à symétrie sphérique; c'est ce modèle qui sert à déterminer que la vitesse de libération à la surface de la Terre est de l'ordre de 11 km/s,mais le calcul fait abstraction de l'action gravitationnelle des autres astres comme la Lune, le Soleil et notre galaxie pour ne citer qu'eux),
on trouve :

X(v).mc² = mc² - m.X(v).Pz où m.X(v).Pz est l'énergie potentielle de gravitation d'une flèche située à "l'Infinie" dans un
environnement de microgravité.

puisque Pz = - MG/R
M : masse de la Terre
G : constante de gravitation
R = 6371 kms : altiude z de la surface de la Terre

Et que dans le cas où la vitesse de la lumière peut varier; la vitesse de la lumière c = 299 792 458 m/s serait alors
une vitesse locale de la vitesse la lumière dans le vide à la surface de la Terre. en remplaçant C par C(z) j'obtiens l'équation suivante :
X(v).m.C²(z) = M.C²(z) + m.X(v).(MG/R)

je vous demande umblement d'éveiller votre intuition physique et d'essayer de trouver à partir de l'équation précédente une formule qui pourrait nous dire comment la vitesse de la lumière augmenterait si l'intensité du champ de gravitation
diminue.
(je serai curieux de savoir si avec les éléments que je vous ai fournis, vous trouveriez la même chose ou autre chose...qui sait.


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
300 000 km dans le subespace, c'est -1 seconde dans l'hyperespace.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Théorie des bulles spatio-temporelles
MessagePosté: Lun Janvier 31, 2011 02:59 
Bonsoir

Pourquoi lutter des forces de gravitation ? ..... quand on peut au contraire les utiliser ?

Il ne faut pas lutter ...... mais les exploiter.

En d'autres termes il y à tellement d'énergie dans l'univers avec nos astres et galaxie qu'il n'y a que l'embarras du choix .

Si nous sommes attirer par notre bonne vielle terre nous pouvons nous en dégager grace à un astre ayant une gravitée plus forte

Par des ponts d'inverstions electromagnétiques indépendantes .....placés entres un astres et nous ..... 8)


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Théorie des bulles spatio-temporelles
MessagePosté: Lun Janvier 31, 2011 10:12 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Juin 23, 2008 21:26
Messages: 2482
Localisation: Lausanne
Zefram Cochrane a écrit:
je vous demande umblement d'éveiller votre intuition physique et d'essayer de trouver à partir de l'équation précédente une formule qui pourrait nous dire comment la vitesse de la lumière augmenterait si l'intensité du champ de gravitation
diminue.
(je serai curieux de savoir si avec les éléments que je vous ai fournis, vous trouveriez la même chose ou autre chose...qui sait.


Mais la vitesse de la lumière jusqu'à preuve théorique du contraire ne peut être augmentée non ? :roll:

_________________
"Life ? don't talk to me about life..." - Marvin


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Théorie des bulles spatio-temporelles
MessagePosté: Lun Janvier 31, 2011 13:34 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu Février 14, 2008 14:05
Messages: 1664
Localisation: Herault
Zefram Cochrane a écrit:
j'avais décrit sur un sujet précédent un moyen d'augmenter artificiellement la vitesse de la lumière autour d'un vaisseau afin de rendre possible les voyages intersidéraux.

Ah.
Et pourquoi ne l'as-tu pas breveté ?

_________________
http://www.eaglecore.fr
__________________
ne jamais renoncer


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Théorie des bulles spatio-temporelles
MessagePosté: Lun Janvier 31, 2011 19:47 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Janvier 09, 2011 15:01
Messages: 769
Citation:
Mais la vitesse de la lumière jusqu'à preuve théorique du contraire ne peut être augmentée non ? :roll:


bonsoir

Voici le postulat d'Albert Einstein qui sert de base à la théorie de la relativité restreinte :

"Dans le vide, la lumière se propage avec une vitesse constante c, par rapport à tous les systèmes de références animés d'un mouvement relatif rectiligne uniforme."

imagines que sur une même ligne, des objets bleus sont en mouvement les uns par rapport aux autres à une vitesse constante ou nulle (deux objets fixes l'un par rapport à l'autre) : les objets bleus font partie d'un ensemble de systèmes de références animés d'un mouvement relatif rectiligne uniforme.

Sur la même ligne, des objets rouges sont en mouvement les uns par rapport aux autres à une viitesse constante ou nulle. Mais comme chaque objet rouge est constamment accéléré par rapport aux objets bleus avec la même accélération, les objets rouges font partie d'un autre ensemble de systèmes de références animés d'un mouvement rectiligne uniforme, différent des bleus.

Donc au sens du postulat d'Albert Einstein, si la lumière se propage avec une vitesse constante c par rapport aux objets bleus, si la lumière se propage avec une vitesse constante c par rapport aux objets rouges, la vitesse de la lumière ne se propage pas incidemment avec une vitesse constante c par rapport aux objets bleus et rouge.

La théorie de la relativité générale est une application de la relativité restreinte aux champ de gravitation. Le champ de gravitation de la terre nous soumet, nous qui sommes à sa surface à une accélération constante de 9.81 m/s². Donc la vitesse de la lumière peut être différente si nous sommes à la surface de la Terre ou au fin fond de l'espace intergalactique ou au bord d'un trou noir. Mais, étrangemment, en devenant générale, la vitesse de la lumière est passée du statut de vitesse constante par rapport à tous les systèmes de références animés d'un mouvement relatif rectiligne uniforme à, constante tout court.

Voir le lien ci dessous que je viens de découvrir je le jure (faurdrait comparer la théorie des cordes avec ma proposition d'illuminer des antiprotons aux photons gamma voir le sujet un vaisseau spatial allant à la vitesse de la lumière)
http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=5664

ou le livre de Joao Magueijo "plus vite que la lumière"

la vitesse de la lumière devient de moins en moins constante

_________________
300 000 km dans le subespace, c'est -1 seconde dans l'hyperespace.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Théorie des bulles spatio-temporelles
MessagePosté: Lun Janvier 31, 2011 19:52 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Janvier 09, 2011 15:01
Messages: 769
aigledusud a écrit:
Zefram Cochrane a écrit:
j'avais décrit sur un sujet précédent un moyen d'augmenter artificiellement la vitesse de la lumière autour d'un vaisseau afin de rendre possible les voyages intersidéraux.

Ah.
Et pourquoi ne l'as-tu pas breveté ?


on ne peut breveter une idée on peut la protéger pour s'en assurer la paternité et c'est ce que j'ai fait enveloppe solo par exemple.

par contre je ne pense pas qu'AREVA ou EDF payent des royalties aux ayants droit d'Albert Einstein.

_________________
300 000 km dans le subespace, c'est -1 seconde dans l'hyperespace.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Théorie des bulles spatio-temporelles
MessagePosté: Lun Janvier 31, 2011 20:02 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Janvier 09, 2011 15:01
Messages: 769
aladygma a écrit:
Bonsoir

Pourquoi lutter des forces de gravitation ? ..... quand on peut au contraire les utiliser ?

Il ne faut pas lutter ...... mais les exploiter.

En d'autres termes il y à tellement d'énergie dans l'univers avec nos astres et galaxie qu'il n'y a que l'embarras du choix .

Si nous sommes attirer par notre bonne vielle terre nous pouvons nous en dégager grace à un astre ayant une gravitée plus forte

Par des ponts d'inverstions electromagnétiques indépendantes .....placés entres un astres et nous ..... 8)

nous utilisons déjà la force de gravitation pour propulser des sondes vers les autres planètes du système solairece qui est plus économique en carburant qu'un trajet direct; c'est pour cela que les voyages des sondes vers d'autres planètes durent parfois plusieurs années c'est ce que l'on appelle l'effet de "fronde gravitationnelle". cela s'applique mal à des vols intersidéraux habités.
je suis intéressé d'en savoir plus sur les ponts d'inversion électromagnétiques.

_________________
300 000 km dans le subespace, c'est -1 seconde dans l'hyperespace.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Théorie des bulles spatio-temporelles
MessagePosté: Lun Janvier 31, 2011 21:35 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Juin 23, 2008 21:26
Messages: 2482
Localisation: Lausanne
[quote="Zefram Cochrane] Donc la vitesse de la lumière peut être différente si nous sommes à la surface de la Terre ou au fin fond de l'espace intergalactique ou au bord d'un trou noir.[/quote]

Déjà, au bord d'un trou noir personne n'y est parvenu. La vitesse de la lumière y est inchangée mais simplement engloutie par le trou noir si elle en dépasse son orbite. C'est dailleurs pour cela que l'on peut en apercevoir son halo. (du trou noir)

_________________
"Life ? don't talk to me about life..." - Marvin


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Théorie des bulles spatio-temporelles
MessagePosté: Mar Février 01, 2011 00:23 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Janvier 09, 2011 15:01
Messages: 769
nico_virtua a écrit:
[quote="Zefram Cochrane] Donc la vitesse de la lumière peut être différente si nous sommes à la surface de la Terre ou au fin fond de l'espace intergalactique ou au bord d'un trou noir.[quote]

Déjà, au bord d'un trou noir personne n'y est parvenu. La vitesse de la lumière y est inchangée mais simplement engloutie par le trou noir si elle en dépasse son orbite. C'est dailleurs pour cela que l'on peut en apercevoir son halo. (du trou noir)[/quote][/quote]


Précisons que les observations des trous noirs n'étant qu'indirectes je ne crois pas que le disque d'accrétion d'un trou noir aie déjà été observé avec une précision suffisante pour qu'on ai pu distinguer par contraste son horizon (surface du trou noir).

Mais pour revenir à la vitesse de la lumière, même s'il n'est pas prouvé qu'elle puisse varier, il n'est pas démontré qu'elle soit constante non plus. Donc le débat reste ouvert et de plus en plus de scientifiques Jean-Pierre Petit (auteur d'Ovni et armes secrètes américaines) pensent que la vitesse de la lumière augmente avec la concentration d'énergie. Avec les progrès technologiques, de plus en plus d'astronomes et d'astrophysiciens pensent que dans certains phénomènes extrêmes (genre Big-bang), la vitesse de la lumière peut être plus élevée que celle que nous avons définie comme étant égale à 299 792 458 m/s.

pour ma part je propose que plus l'intensité du champ de gravitation est élevée plus la vitesse de la lumière devient faible; d'où la petite devinette que je vous ai proposée (je passe prendre les copies en fin de semaine et je vous donnerai ma solution mais je suis curieux de savoir si vous trouveriez la même chose que moi ou une équation totalement différente). Donc, concernant les trous noirs, je pense que la vitesse de la lumière devient nulle au niveau de l'Horizon des trous noirs.

bonne soirée.

_________________
300 000 km dans le subespace, c'est -1 seconde dans l'hyperespace.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Théorie des bulles spatio-temporelles
MessagePosté: Mar Février 01, 2011 05:11 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven Novembre 05, 2010 00:00
Messages: 139
Localisation: Nouméa, Nouvelle Calédonie.
Zefram Cochrane a écrit:
Voir le lien ci dessous que je viens de découvrir je le jure (faurdrait comparer la théorie des cordes avec ma proposition d'illuminer des antiprotons aux photons gamma voir le sujet un vaisseau spatial allant à la vitesse de la lumière)
http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=5664

C'est intéressant, j'ai révé un moment et puis quand ils ont dit que l'énergie nécessaire pour faire fonctionner ce moteur était :
Citation:
Cela correspond à la quantité d'énergie possible d’obtenir en convertissant la masse (La masse est une propriété fondamentale de la matière qui se manifeste à la fois par l'inertie des corps et leur interaction gravitationnelle.) entière de Jupiter en énergie pure

Je me suis découragé... Je ne voyagerai pas sur ce vaisseau apparemment !! :(


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Théorie des bulles spatio-temporelles
MessagePosté: Mar Février 01, 2011 08:26 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Août 03, 2010 08:09
Messages: 4552
Localisation: Sud Ouest
En gros faut se promener avec un soleil portable dans la soute...

_________________
Ce que j'écris, ça se lit au 1er degré, des fois au second. Faites votre choix.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Théorie des bulles spatio-temporelles
MessagePosté: Mar Février 01, 2011 16:40 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu Février 14, 2008 14:05
Messages: 1664
Localisation: Herault
Zefram Cochrane a écrit:
la Théorie des bulles spatiotemporelles est partie de l'idée que si nous pouvions faire varier la vitesse de la lumière artificiellement

J'aime bien ta théorie mais elle n'a aucun crédit et ceci dés la première partie de l'idée.
Avant de dire "si" nous pouvions faire varier la vitesse de la lumière il te faut prouver que c'est faisable.
C'est la première pierre de l'édifice de ta théorie puisque tout repose là-dessus.
Il est bien trop facile de dire "si" je pouvais "ralentir le temps autour de moi" ma vitesse "relative au temps autour de moi" serait bien plus rapide, ainsi je pourrais voyagé très vite afin d'atteindre d'autres galaxie.( c'est un exemple hein).

Et puis désolé mais ta théorie de l'arché ben elle est pas clair
Citation:
Un archer situé à la surface de la Terre (astre attracteur) tire verticalement une flèche qui part à la vitesse initiale v.
si la vitesse initiale de la flèche est inférieure à la vitesse de libération: elle attiendra une altitude maximale avant de retomber sur Terre à la vitesse v.
si la vitesse initiale de la flèche est égale à la vitesse de libération: elle s'éloignera indéfiniement de la Terre avec une vitesse
de plus en plus faible. si la vitesse initiale de la flèche est supérieure à la vitesse de libération : elle s'éloignera indéfiniement de la Terre
et sa vitesse tendra à se stabiliser à une vitesse résiduelle.

Tu ne démontre rien.
Zefram Cochrane a écrit:
j'avais décrit sur un sujet précédent un moyen d'augmenter artificiellement la vitesse de la lumière autour d'un vaisseau afin de rendre possible les voyages intersidéraux

La seule chose que l'on sait et qui est concret est que la célérité n'est pas une constante, les calculs que tu énonce ici sont donc valable dans le vide?
La flêche elle est dans le vide ?
Peux tu être plus concis avec moins de blabla mathématique et moins de constante s'il te plaît.
J'aimerais vraiment comprendre là ou tu veux en venir parce que je ne dois pas avoir les même compétences en physique théorique que toi.

_________________
http://www.eaglecore.fr
__________________
ne jamais renoncer


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Théorie des bulles spatio-temporelles
MessagePosté: Mar Février 01, 2011 23:35 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Janvier 09, 2011 15:01
Messages: 769
Bonsoir Eagle et à tous,

Quand Einstein a énoncé la théorie de la Relativité Restreinte, il est parti de l'hypothèse que la vitesse de la lumière était constante et pour se justifier, il est parti des résultats de l'expérience de Michelson et Morlay (1887).
Qu'est ce que la théorie de la Relativité Restreinte démontre ? Que la vitesse de la lumière est une vitesse limite que l'on ne peut dépasser. Mais pour être une vitesse limite, il faut et il suffit que la vitesse de propagation de la lumière dans le vide ne soit pas instantanée (infinie). L'idée que la vitesse de la lumière soit constante dans l'univers n'est qu'une condition suffisante, mais pas nécessaire.
Hors, de plus en plus d'observations orientent les scientifiques sur l'idée que la vitesse de la lumière puisse être plus importante, donc variable, dans certaines circonstances (big-bang par exemple). Alors, partant de l'hypothèse que la vitesse de la lumière puisse varier, je tente d'explorer cette voie grâce à la théorie des bulle spatiotemporelles.

Concernant la vitesse de libération, il s'agit de la définition d'un concept que je tente d'expliquer et de mettre à la portée de tous en prenant des images parlantes, en l'occurence la flèche et l'archer (j'espère avoir bien expliqué cette notion de vitesse de libération).

Oui les calculs se déroulent dans le vide et je te fais un petit résumé de tout ceci :
"la théorie des bulles spatiotemporelles est l'étude de la variation de la vitesse de la lumière dans un champ de gravitation à symétrie sphérique engendré par une sphère de masse égale à celle de la Terre et dont le rayon mesuré à sa surface est de 6371 kms"

le blabli mathématique est le support du raisonnement; c'est un language entre le concept physique et nous. Et si je balançais les concepts sans les arguments mathématiques qui vont avec, les idées deviendraient purement abstraitees et là vous pourriez encore plus me dire démontre ce que tu avances, logique. Pour le coup, et ce n'est pas tous les jours que cela arrive, vous pourrez juger du raisonnement et vous servir des formules si vous en avez envie pour poser des questions, débattre et ainsi de suite. En physique, les formules ont un sens et c'est vraiment le sens physique que j'essaie de vous communiquer plutôt qu'une série de raisonnements mathématiques souvent réservés à quelques initiés.

Dans le sujet : "un vaisseau allant à la vitesse de la lumière" et qui est revenu sur le tapis. J'avais fait une description du moyen d'augmenter artificiellement la vitesse de la lumière autour du vaisseau pour rendre les voyages intersidéraux possibles; c'est une approche quantique dont le but n'était pas de convaincre; et en cela ce n'est pas une démonstration, mais a vocation a de donner matière à débattre sur le moyen de parvenir à concevoir un vaisseau spatial digne de ce nom.

Pour l'heure, j'ai commencé à vous présenter les étapes qui vont nous conduire à vous présenter ce que j'ai baptisé la Célérité critique Ci (pour vitesse de la lumière à l'infini, infini où l'intensité du champ de gravitation est nulle).

Voici un petit rappel :
l'archer tire verticalement depuis la surface de la "Terre" une flèche à la vitesse de libération.
L'énergie de cette flèche est égale à :
E(v) = X(v).mC²(z)
Quand elle atteintt l'infinie (et c'est une image) sa vitesse étant nulle, sont énergie est égale à :
E(o) = mC²(z)
la différence d''énergie est due au travail de la force de gravitation qui freine la flèche dans son ascension. W = m.X(v).MG/R

donc, E(v)-E(o)=W et par conséquent X(v).mC²(z) = mC²(z) + m.X(v).MG/R

si je vous ai pas donné de suite la formule permettant de déterminer la Célérité critique, c'est par ce que cela ferait franchement lourd pour un seul message et je trouve que les débats que nous avons et qui entrecoupent les différents passages de la bulle spatiotemporelles font meieux progresser les discussions puisque mine de rien, on arrive à l'étape suivante. Et c'est plus sympa de discuter sur les aspects de chaquevpartie plutôt que de recueillir les réaction d'un gros bloc.

_________________
300 000 km dans le subespace, c'est -1 seconde dans l'hyperespace.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Théorie des bulles spatio-temporelles
MessagePosté: Mer Février 02, 2011 00:27 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Janvier 09, 2011 15:01
Messages: 769
Roussetman a écrit:
Zefram Cochrane a écrit:
Voir le lien ci dessous que je viens de découvrir je le jure (faurdrait comparer la théorie des cordes avec ma proposition d'illuminer des antiprotons aux photons gamma voir le sujet un vaisseau spatial allant à la vitesse de la lumière)
http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=5664

C'est intéressant, j'ai révé un moment et puis quand ils ont dit que l'énergie nécessaire pour faire fonctionner ce moteur était :
Citation:
Cela correspond à la quantité d'énergie possible d’obtenir en convertissant la masse (La masse est une propriété fondamentale de la matière qui se manifeste à la fois par l'inertie des corps et leur interaction gravitationnelle.) entière de Jupiter en énergie pure

Je me suis découragé... Je ne voyagerai pas sur ce vaisseau apparemment !! :(

Bonsoir,
je ne connais pas la théorie des cordes donc je ne peux juger de la pertinence de la théorie. Mais, si j'ai bien compris le principe du moteur à distorsion ( procédé décrit dans Star Trek dont le concept à un demi siècle quand même) il s'agirait de concentrer l'énergie noire (responsable de l'expansion de l'univers) de l'avant du vaisseau vers l'arrière à l'aide de nacelles constitués d'anneaux à la Stargate. donc au lieu de déplacer le vaisseau dans l'espace on déplace l'espace autour du vaisseau. L'idée est à priori d'imprimer une direction à l'énergie noire. si le principe de distorsion est l'astuce des voyages intersidéraux, peut être que donner qu'orienter l'énergie noire n'est pas si énergivore que cela.

je ne crois pas que c'est le même prncipe de distorsion que j'avais proposé dans le sujet "un vaisseau allant à la vitesse de la lumière" mais bon, ya des idées et on progresse. la conquête de la lune s'étant faite en dix ans, on pourrait se découvir un jour la capacité de construire un vaisseau spatial capable de voyager plus vite que la lumière d'une manière ou d'une autre et te retrouver dans le siè